/world/europe
Navigation

Nouvelle mobilisation en Allemagne contre les mesures sanitaires

Coup d'oeil sur cet article

Des milliers de personnes se sont rassemblées, samedi à Stuttgart, pour manifester contre les mesures sanitaires alors que le débat enfle en Allemagne sur un renforcement des restrictions face à la troisième vague de COVID-19. 

• À lire aussi: L’Allemagne restreint l’usage du vaccin d’AstraZeneca pour les moins de 60 ans

• À lire aussi: La pandémie provoque la discorde au sein du parti de Merkel

• À lire aussi: Virus: l'Allemagne va renforcer les contrôles sanitaires à la frontière avec la France

• À lire aussi: Virus: Merkel revoit son dispositif contesté et demande «pardon»

Plusieurs milliers de manifestants, la plupart sans masques, sont arrivés en milieu d'après-midi sur une place au nord-est de la ville après une marche depuis le centre, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les participants ont «ignoré» les demandes répétées de respecter les règles sanitaires, dont le port du masque et la distanciation sociale, a expliqué dans un communiqué la police, sans faire état d'incidents majeurs.

Ce mouvement, opposé aux mesures mises en place pour limiter la propagation du coronavirus, et qui s'est baptisé «Querdenken», ou «Anticonformiste», manifeste régulièrement en Allemagne depuis le début de la pandémie.

Il fédère des membres de l'extrême gauche, des adeptes des théories du complot, des détracteurs de la vaccination ainsi que des partisans de l'extrême droite.

Entre 15 000 et 20 000 personnes se sont rassemblées à Cassel le 20 mars, donnant lieu à des heurts avec la police et à plusieurs interpellations.

AFP

À Stuttgart, les manifestants demandaient notamment sur leurs panneaux la «fin de la dictature de la COVID».

«Les mesures sont exagérées», explique Evelyn, une manifestante, qui demande «la fin du lockdown» et «ne croit pas» les chiffres officiels des infections.

«Je suis contre une obligation de vaccination», ajoute Rainer.

La mobilisation intervient alors que l'Allemagne débat d'un durcissement des mesures face à la flambée des infections.

Le gouvernement «étudie» les possibilités pour uniformiser les règles sanitaires «pour arrêter la troisième vague si les mesures des régions ne suffisent pas», a indiqué samedi un porte-parole.

AFP

La chancelière Angela Merkel est partisane de mesures strictes pour contenir le virus, alors que le taux d'incidence était, samedi, de 131 cas pour 100 000 habitants en une semaine.

Dans un entretien télévisé dimanche dernier, elle a appelé de ses vœux l'instauration de couvre-feux, encore jamais appliqués au niveau national, et menacé de faire intervenir l'État central de façon plus contraignante si les règles n'étaient pas appliquées par les régions, responsable de la santé dans le système fédéral allemand.

La chef du gouvernement a ensuite exhorté, jeudi, les Allemands à respecter les consignes et à renoncer notamment aux voyages non essentiels lors du week-end de Pâques.