/sports/golf
Navigation

Sept oiselets et un record pour Roussin-Bouchard

Pauline Roussin-Bouchard
Photo courtoisie Pauline Roussin-Bouchard. Solide performance

Coup d'oeil sur cet article

AUGUSTA | Comme les azalées fleurissantes aux quatre coins du parcours de l’Augusta National, Pauline Roussin-Bouchard a mis de la couleur à sa carte finale, samedi.

• À lire aussi: Une jeune prodige maître à Augusta

• À lire aussi: Focalisation sur la fin de la saison collégiale

Sept oiselets, un record chez les filles sur le mythique parcours en ronde finale, cinq bogueys et six normales lui ont permis de grimper le tableau principal en terminant à égalité au 3e rang. 

Certains auraient le vertige en contemplant cette carte de 70 (-2) où s’enchaînent les figures colorées.  

« Il y a beaucoup de couleurs, comme cette journée incroyable, a lâché la sympathique Française, qui a réalisé sa première normale au 8e fanion ! Il y a un peu de moi dans cette performance et un peu du parcours. D’habitude, je n’ai pas de difficulté à aligner les oiselets. Ici, j’ai saisi mes occasions. 

« Je ne crois pas avoir raté tant de verts en coups réguliers, a ensuite raconté la représentante des Gamecocks de l’Université de Caroline du Sud. Et quand je l’ai fait, j’ai réussi à ramener la balle grâce à mon jeu court à point. C’était une très, très bonne journée. On n’a pas souvent la chance de briser la normale sur l’Augusta National. Donc je suis hyper satisfaite. »

Il s’en est fallu de peu pour qu’elle ajoute un huitième moineau sur le vert du 18e. Son long roulé en descente a frôlé la coupe. S’il y était tombé, elle aurait participé à la prolongation.

Bonne complicité

À cette première présence au Championnat amateur féminin, la troisième golfeuse amateur au monde a vécu une première. Un cadet l’a accompagnée sur les parcours. 

Flanquée de Sébastien Clément, qui œuvre surtout sur le circuit professionnel européen, leur relation a vite tourné dans la complicité. Sans lui, elle a admis qu’elle n’aurait pas réussi à percer le top 10. 

« J’ai vu qu’un cadet peut sauver plusieurs coups. Il m’a aidée à réfléchir et lire les verts, ce que je n’avais jamais accepté auparavant. Tout est une question d’équilibre et de confiance », a commenté celle qui prévoit passer chez les pros dans la prochaine année. Ce serait donc son unique passage à Augusta. 

Qui a dit qu’une ronde inoubliable ne pouvait pas débuter par un boguey ?