/news/currentevents
Navigation

Uber condamné à verser 1,1 M$ pour discrimination envers une femme aveugle

Uber condamné à verser 1,1 M$ pour discrimination envers une femme aveugle
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Uber a été condamné à verser 1,1 M$ après que certains de ces chauffeurs eurent refusé plus d’une dizaine de fois de prendre en charge une Américaine aveugle et son chien-guide.

Lisa Irving a ainsi révélé qu’elle s’était vu refuser 14 fois des trajets, jusqu’à parfois se faire agresser verbalement, par des conducteurs d’Uber en 2016 et 2018, a indiqué vendredi son avocat, Adam Wolf, à CNN.

Des refus qui ont «contribué à sa séparation avec son employeur» en raison de nombreux retards au travail, est-il avancé dans la décision rendue en sa faveur le 18 mars dernier.

«Je me suis sentie rabaissée, humiliée, dévalorisée, embarrassée, en colère, frustrée et violée», a soutenu la Californienne dans une déclaration vidéo.

Uber a alors été condamné par l’American Arbitration Association à payer 324 000$ en dommages et intérêts et plus de 805 000$ en honoraires d’avocats et de frais de justice, peut-on également lire dans la décision.

L’argument avancé par la compagnie de covoiturage a ainsi été rejeté, alors qu’elle affirmait qu’elle n’était pas responsable des violations commises par ses conducteurs considérés comme des entrepreneurs indépendants.

«Que ses chauffeurs soient des employés ou des entrepreneurs indépendants, Uber est soumis à l’ADA [Americans with Disabilities Act] en raison de sa relation contractuelle avec ses chauffeurs», a-t-on statué dans la sanction.

«Les conducteurs utilisant l’application Uber sont censés servir les passagers avec des animaux d’assistance et se conformer aux lois sur l’accessibilité et autres, et nous fournissons régulièrement des formations aux conducteurs sur cette responsabilité», s’est défendu la compagnie de transports dans un communiqué obtenu par la chaîne américaine.

Les avocats de la femme aveugle ont par ailleurs déposé, jeudi, une pétition pour porter la condamnation devant la Cour supérieure de San Francisco, selon CNN.

Ce n’est pas la première fois qu’Uber est accusé de ce type de discrimination, la compagnie ayant réglé une action en justice déposée en 2016 par la Fédération nationale des aveugles en garantissant que les passagers accompagnés de chiens-guides bénéficient d’un accès au transport.