/news/currentevents
Navigation

Alerte à la bombe bidon en direct

Un individu en délire a voulu faire une mauvaise blague aux policiers devant des centaines d’internautes

<b>1.</b> François-Xavier Jean s’est filmé sur Facebook pendant qu’il préparait son alerte à la bombe. <b>2 et 3.</b> Sur une balle de tennis et une boîte, il a inscrit le mot « grenade ». <b>4.</b> Masqué par un bandana, on le voit marcher vers le poste de police. <b>5.</b> Quelques instants avant que le suspect ne dépose la boîte en criant qu’elle va exploser.
Captures d'écran tirées de Facebook 1. François-Xavier Jean s’est filmé sur Facebook pendant qu’il préparait son alerte à la bombe. 2 et 3. Sur une balle de tennis et une boîte, il a inscrit le mot « grenade ». 4. Masqué par un bandana, on le voit marcher vers le poste de police. 5. Quelques instants avant que le suspect ne dépose la boîte en criant qu’elle va exploser.

Coup d'oeil sur cet article

Encouragé par des internautes qui ont préféré rire de lui plutôt que d’alerter les autorités, un homme en crise s’est filmé vendredi soir en train de monter une fausse alerte à la bombe dans un poste de police de Longueuil.

« C’est sûr qu’on aurait pu éviter toute cette opération si quelqu’un nous avait informés d’avance », s’est désolée l’agente Mélanie Marcil, porte-parole du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL), qui a dû évacuer son quartier général pendant plusieurs heures dans la nuit de vendredi à hier.

François-Xavier Jean, 26 ans, s’est présenté au 699 Curé-Poirier vers 21 h avec un colis suspect qu’il a aussitôt jeté par terre, avant de crier que le paquet contenait une bombe qui allait exploser dans 10 minutes.

Vêtu d’un chapeau de plage et d’un bandana rouge pour se masquer le visage, le jeune homme originaire de Rimouski s’est ensuite sauvé à la course, mais a rapidement été rattrapé par les policiers.

Cheveux rasés

Sur la page Facebook de Vanessa Jean – le nom qu’il utilisait lorsqu’il prenait des hormones pour devenir femme –, on a pu assister en direct à son arrestation et à la préparation du canular. 

Devant des centaines d’abonnés captifs, le jeune homme s’est d’abord rasé le crâne, expliquant qu’il allait mettre ses cheveux dans une boîte et faire croire aux policiers qu’il s’agit d’une grenade.

« On va aller péter le show au poste de police », répète-t-il à plusieurs reprises dans la vidéo d’une trentaine de minutes.

Or, François-Xavier Jean n’en est pas à ses premières frasques.

En Facebook Live la semaine dernière, il envisageait déjà de faire un coup à la police, ce qui lui avait valu une kyrielle de commentaires moqueurs, mais aucun soutien psychologique.

Effet de groupe

« Il faut que les gens soient attentifs aux personnes qui ne vont pas bien sur les réseaux sociaux, surtout en temps de pandémie. Il ne faut pas hésiter à appeler le 911 », rappelle l’agente Marcil.

Or, très peu d’internautes signalent les publications inquiétantes, pourtant abondantes en ces temps difficiles.

« Quand on voit quelque chose sur Facebook, on a l’impression que c’est la responsabilité de tout le monde, donc la responsabilité de personne, un peu comme dans une foule », regrette la présidente de l’Ordre des psychologues, Christine Grou.

La psychiatre Cécile Rousseau observe que les réseaux sociaux motivent les personnes en détresse à se donner en spectacle. 

« La pire chose à faire, c’est d’en rire. C’est un peu comme rire de quelqu’un qui dit vouloir se suicider : on risque de le pousser à le faire », illustre la Dre Rousseau. 

Heureusement, l’alerte à la bombe était non fondée et personne n’a été blessé. 

Le suspect, qui souffre de problèmes de santé mentale, a été amené à l’hôpital hier, après son interrogatoire.

Le SPAL a précisé qu’il pourrait être accusé de méfait public.