/lifestyle/health
Navigation

«Bien manger et bouger fait du bien au corps et au mental»—Catherine Robert

Catherine Robert
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

À 30 ans et en pleine pandémie, Catherine Robert a décidé de se donner un défi : perdre le poids accumulé lors du premier confinement en suivant un plan alimentaire et un plan d’entraînement concoctés par un professionnel. Six mois plus tard et 25 lb en moins, celle qui a su concentrer ses énergies sur elle-même et non sur la pandémie se dit fière et accomplie.  

• À lire aussi: Prendre sa santé immunitaire en main

« Quand je prends du recul, je me rends compte que la pandémie a vraiment été bénéfique pour ma santé et pour mon mental, parce que j’ai pris l’initiative de le faire, explique Catherine Robert. Parce que bien manger et bouger fait autant de bien au corps qu’au mental. »  

Alors qu’elle mangeait déjà bien et qu’elle s’entraînait depuis longtemps avant la pandémie, la Montréalaise a vu sa vie de tous les jours chamboulée lorsque les gyms ont fermé leurs portes. Elle a pris du poids et perdu sa routine d’entraînement. Quelque peu découragée et dérangée par son excédent de poids et son impression d’inaccomplissement, celle qui carbure aux mille et un projets a décidé de se reprendre en mains.

« Je me suis donné un objectif de perte de gras – car c’était important pour moi d’avoir un objectif précis – et pour cela, je savais que je devais être encadrée par un professionnel, car seule chez moi, je savais que ça ne serait pas la formule gagnante, dit-elle. Les gens pensent que quand tu te mets à suivre un plan alimentaire, tu suis un régime. Ce n’est pas un régime, c’est plutôt un mode de vie. » 

Avec son nouveau régime alimentaire, elle a appris à manger mieux. D’abord étonnée de voir à quel point elle ne devait pas se priver, elle a vite compris qu’elle devait plutôt manger les bonnes quantités de bons aliments. Du coup, les fringales étaient devenues choses du passé. Aujourd’hui, elle a retrouvé un poids normal.

« Cela a changé mon quotidien, car tu es souvent rendu à l’épicerie et tu es pas mal toujours en train de cuisiner un peu, explique-t-elle. Cela m’a aussi appris à découvrir ce qu’était l’alimentation saine : les nutriments, comment bien balancer mes repas, ce qu’est une vraie portion... Ma relation avec l’alimentation a changé en mieux. Je n’ai jamais mangé autant de légumes, je sais maintenant faire les bons choix à l’épicerie, je suis mieux informée. »  

Jeune femme de routine et de discipline, elle avoue que l’absence de sorties au restaurant, de 5 à 7 et de soirées entre amis lui a permis de respecter son plan alimentaire « presque à 100 % ». « J’ai donc eu des résultats rapidement. C’est là que tu vois vraiment la relation entre ton alimentation et les résultats. » 

La marche – à laquelle elle a pris goût en sortant avec son chien au grand air et au soleil – et ses 4 à 5 séances d’entraînement avec son équipement de base à la maison sont venues l’aider à relever ce grand défi. 

3 trucs pour bien manger  

Apprendre à intégrer le fait de cuisiner dans son quotidien et y prendre plaisir.  

« Cuisiner est agréable, il ne faut pas voir cela comme une tâche. Personnellement, c’est un moment que je prends pour moi, je me mets de la musique ou un pod-cast et avec mon amoureux, je cuisine. C’est vraiment un plaisir. »  

Ne pas voir l’acte de bien manger comme de la restriction.  

« Au contraire, quand tu décides de bien manger, ce n’est pas se priver. Il y a vraiment une différence entre les deux. Bien manger, tu le fais pour toi et pour ton bien-être, c’est le contraire de la restriction. » 

Bien manger, c’est manger de manière variée et savoureuse. 

« Bien manger, ce n’est pas manger des mini-portions ni crever de faim, au contraire. Je ne me suis jamais sentie aussi rassasiée entre mes repas. Il ne faut pas se décourager en pensant qu’on va devoir se priver, c’est un mythe. Et il y a aussi moyen d’adapter tout ce que tu cuisines à tes goûts de base, par exemple en ajoutant tes épices préférées. »