/world/pacificasia
Navigation

Confinement de weekend et couvre-feu dans l’État le plus riche d’Inde

Confinement de weekend et couvre-feu dans l’État le plus riche d’Inde
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’État indien du Maharashtra, où se situe Bombay, la capitale financière, va imposer un confinement de weekend et un couvre-feu nocturne à ses 110 millions d’habitants pour faire face à une recrudescence de la pandémie, ont annoncé dimanche les autorités. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

L’Inde a enregistré 93 249 nouvelles contaminations dimanche, selon les chiffres du ministère de la Santé, soit la plus forte hausse depuis septembre, portant le nombre de cas connus à près de 12,5 millions.

L’État du Maharashtra est depuis quelques semaines le plus touché du pays.

À partir de lundi soir jusqu’à la fin avril, un couvre-feu nocturne sera imposé, les rassemblements de plus de 4 personnes interdits et les restaurants, cinémas, piscines, lieux de culte et espaces publics comme les plages, fermés.

Le weekend, seuls les services essentiels seront autorisés.

« En imposant ces restrictions, nous avons pris soin de ne pas affecter le cycle économique de l’État (...) et l’accent a été mis sur la fermeture des endroits bondés », a expliqué le gouvernement de l’État dans un communiqué dimanche soir.

L’activité industrielle n’est, elle, pas limitée, tout comme les tournages à Bombay, berceau de Bollywood.

Cette annonce survient alors que l’une des plus grandes vedettes de Bollywood, Akshay Kumar, a annoncé dimanche avoir été testé positif à la COVID-19.

« Je voudrais vous dire que, ce matin, j’ai été déclaré positif à a COVID-19 », a tweeté l’acteur de 53 ans, indiquant qu’il était en quarantaine à domicile.

L’an dernier, M. Kumar avait déclaré boire quotidiennement de l’urine de vache pour rester en bonne santé, une pratique qui aurait des vertus médicales, notamment contre le coronavirus, selon certains hindous.

Les contaminations quotidiennes dans ce pays de 1,3 milliard d’habitants sont en hausse depuis début février. Elles étaient alors passées sous la barre des 9 000, après avoir atteint un pic de près de 100 000 en septembre.

Avant la journée de dimanche, l’Inde avait enregistré plus de 456 000 cas au cours des sept derniers jours, soit une hausse de 37 % par rapport à la semaine précédente, selon une base de données de l’AFP.

Au Bangladesh voisin, les autorités ont annoncé la mise en place d’un confinement à partir de lundi, le pays étant également confronté à une forte augmentation du nombre de cas.

Vendredi, il a annoncé 6 830 nouveaux cas quotidiens, soit le nombre le plus élevé depuis le début de la pandémie, ce qui porte le total des personnes porteuses du virus à plus de 630 000.

Les transports publics devraient être à l’arrêt, mais les usines resteront ouvertes, a affirmé le gouvernement samedi soir.

À VOIR ÉGALEMENT