/news/currentevents
Navigation

Devenir mule pour régler une dette de jeu

Un Québécois risque 70 mois de prison après avoir été arrêté avec 45 kilos de coke au Kansas en 2019

Facebook
Photo tirée de Facebook Vincent Muller est un ancien hockeyeur qui s’est transformé en mule pour régler une dette de 60 000 $.

Coup d'oeil sur cet article

Un ancien joueur de hockey semi-pro qui a accepté de se transformer en mule au profit du crime organisé pour effacer une dette de 60 000 $ de paris sportifs pourrait purger 70 mois dans une prison américaine après s’être fait prendre avec 45 kilos de coke au Kansas.

Le plan de Vincent Muller et son accompagnatrice, Anne-Marie Dubé, aurait pu fonctionner s’ils ne s’étaient pas fait intercepter parce qu’ils suivaient de trop près un autre véhicule, le 8 août 2019.

Des documents judiciaires dont Le Journal a obtenu copie mettent en lumière l’échec de cette importation et comment le crime organisé en vient à recruter des mules pour le transport de drogue.

Quelques jours avant son arrestation, le duo avait pris l’avion du Québec jusqu’à Los Angeles, où des gens ont déposé les 45 kilos de cocaïne dans un véhicule de location. Leur objectif : traverser les États-Unis pour se rendre à New York. 

D’autres individus les attendaient là-bas avec leur précieuse cargaison, d’une valeur de revente frisant les 2 millions $. La drogue devait ensuite traverser la frontière vers le Canada.

Plusieurs soupçons

Mais les Québécois n’ont jamais pu se rendre à destination, parce qu’ils ont rapidement soulevé les soupçons du patrouilleur les ayant interceptés.

Leur nervosité importante, leurs réponses évasives au sujet de leur itinéraire, la présence de trois cellulaires et de nombreux déchets de nourriture ont motivé l’agent à faire fouiller le véhicule. Un chien renifleur a alerté le patrouilleur sur la présence de stupéfiants et ils ont été mis en état d’arrestation.

« Il est commun que les voitures de trafiquants de drogue aient une telle apparence, puisqu’ils ne font pas beaucoup d’arrêts et traversent le pays rapidement. [...] Ils utilisent couramment des téléphones jetables (burner phones) », note-t-on dans un document, faisant référence au témoignage du policier.

Rembourser ses dettes

C’est en raison d’une importante dette que Vincent Muller a été approché pour devenir une mule. Les déboires de l’ancien homme fort ont commencé après sa carrière de hockeyeur alors que son « désir de compétition » l’a poussé vers les paris sportifs. Il a toutefois développé un « sérieux problème » et en est venu à devoir 60 000 $.

L’homme âgé de 36 ans a rencontré à un moment indéterminé un individu, désigné sous le nom de « Pete », dans les documents du tribunal. « [Il lui] a dit qu’il pourrait faire assez d’argent pour rembourser ses dettes de jeu en transportant de la drogue d’un endroit à un autre », peut-on lire dans une déclaration rédigée par l’avocat de Muller.

Ce dernier aurait accepté de faire seulement deux voyages pour payer ce qu’il devait. Vincent Muller se serait alors tourné vers Anne-Marie Dubé pour qu’elle l’accompagne dans ce périple. La jeune femme devait recevoir une compensation financière, notamment parce qu’elle était chargée de conduire. 

Les deux Québécois ont plaidé coupables aux accusations de possession de cocaïne en vue d’en faire le trafic qui pesaient contre eux. Ils ont tenté de contester la légalité de leur interception, mais sans succès. 

« Des pions »

Une suggestion commune de 50 mois de prison avait été présentée, mais un juge a condamné Muller à purger plutôt 70 mois. Il a porté cette peine en appel. Dubé n’a toujours pas reçu sa sentence.

« [Les mules] ne sont que des exemples de pions employés pour faire le sale boulot et prendre tous les risques », a souligné l’avocat du Québécois, en tentant de minimiser son niveau d’implication. 

Lors de l’annonce de son arrestation, notre Bureau d’enquête avait révélé que l’homme aujourd’hui âgé de 36 ans était une relation d’affaires des Hells Angels. Les documents n’indiquent toutefois pas pour quelle organisation il a trimbalé la cocaïne.

- Avec Andrea Valeria 

Québec et L.A.  

Facebook
Photos tirées des documents judiciaires

Le 5 août 2019, Vincent Muller et Anne-Marie Dubé partent du Québec dans un vol en direction de Los Angeles, en Californie. Arrivés sur place, ils prennent une voiture de location et les 45 kilos de coke y sont déposés. 

L.A. à New York  

Le plan du duo était de parcourir les près de 4500 km séparant Los Angeles de New York. Des individus les attendaient pour récupérer la drogue. 

Arrêtés au Kansas  

Facebook
Photo tirée des documents judiciaires

Les deux Québécois ont été interceptés sur l’I-70, au Kansas, dans le comté de Wabaunsee, non loin de Topeka. Leur nervosité et des incohérences dans leur itinéraire ont suscité des soupçons chez le policier, qui a fait fouiller le véhicule. La drogue a ensuite été trouvée. 

New York à Montréal  

Les trafiquants responsables de l’importation s’occupaient de la dernière étape, soit que la drogue traverse la frontière canadienne.