/news/coronavirus
Navigation

Le prix de l’opération de vaccination qui nous rendra la liberté

Coup d'oeil sur cet article

Vacciner 37 millions de Canadiens contre la COVID-19 coûtera 1,6 milliard de dollars sur trois ans, d’après les calculs du Journal. Mais ce n’est pas tout. La facture colossale de la plus vaste opération de vaccination jamais orchestrée au pays se multiplie par trois quand on compte aussi le combat scientifique et biomanufacturier contre le virus. 

• À lire aussi: Le coût de la vaccination décortiqué

Il faut des millions de fioles, de seringues, de tampons d’alcool, ou encore de gants pour vacciner tout le pays. À cela s’ajoutent le transport, les congélateurs, l’entreposage, la sécurité, etc. Au total, on obtient environ 43 $ par personne de la commande à l’injection. 

Mais le compteur continue de tourner : au coût direct de la vaccination s’ajoutent les millions versés par Ottawa pour le développement de candidats vaccins au pays, pour le renforcement de l’industrie biomanufacturière, et pour l’aide à la vaccination à l’international. 

3 milliards $

On obtient ainsi une facture fédérale totale de plus de trois milliards de dollars uniquement pour acheter, fabriquer, distribuer et développer des vaccins pour la campagne d’immunisation actuelle et pour les futures, ici et ailleurs.

En plus, Le Journal a retracé 1,7 milliard de dollars d’investissements supplémentaires pour soutenir des initiatives scientifiques diverses, qui vont de la génomique des variants au développement d’antiviraux, en passant par l’aide internationale. 

Nous n’avons cependant pas inclus cette somme au total, car le peu de clarté des annonces qui y sont liées ne permet pas de déterminer quelle portion de l’enveloppe est destinée spécifiquement aux vaccins.

En parallèle, les contribuables québécois épongent aussi la note provinciale : 400 millions $ pour l’opération logistique pilotée par Québec.

Pas simple 

Obtenir ces chiffres n’a rien de simple. D’abord parce que le gouvernement Trudeau refuse de dire combien il verse aux pharmaceutiques. Mais en plus, il ne rend pas publiques les données réelles sur les investissements et les dépenses associées à la COVID-19 en continu et de façon cohérente, à un seul et même endroit. 

Le Journal a donc dû compiler les annonces et multiplier les échanges avec les différents ministères responsables pour les tirer au clair. 

Tout au long du mois de mars, nous avons envoyé 45 courriels, incluant les relances, comportant 75 questions et sous-questions. 

Un véritable travail de moine qu’a salué l’équipe d’analystes du directeur parlementaire du budget (DPB), Yves Giroux, à qui nous avons demandé conseil. 

M.Giroux a lui-même plus d’une fois critiqué l’opacité du gouvernement depuis le début de la crise sanitaire.

L’absence d’informations claires et cohérentes empêche les parlementaires d’« examiner les dépenses du gouvernement et d’assurer l’optimisation des ressources pendant la pandémie », plaide-t-il.  

Plus de clarté est attendue dans le prochain budget fédéral, le 19 avril. Il s’agira du premier budget du gouvernement Trudeau en plus de deux ans.

Le DPB estime que la réponse fédérale à la pandémie de COVID-19 devrait porter le déficit à 363,4 milliards de dollars en 2020-2021.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres