/lifestyle/health
Navigation

Pour mieux vivre la pandémie

Jimmy Larouche
Photo Agence QMI, Roger Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

À 44 ans, Jimmy Larouche affirme qu’il n’a jamais eu un mode de vie aussi sain et actif que depuis cette année de pandémie. C’est que le cinéaste natif d’Alma, qui s’est momentanément retrouvé sans travail et sans possibilité de sorties, a trouvé dans la marche autant de bienfaits physiques que psychologiques, lui permettant d’aller mieux dans sa tête et dans son corps.

• À lire aussi: Prendre sa santé immunitaire en main

Si vous aviez dit à Jimmy Larouche qu’il allait se mettre à la marche un jour – et qu’il allait en tirer du plaisir –, il ne vous aurait pas cru. Pourtant, c’est cette activité qui lui a permis de traverser sereinement cette dernière année de pandémie.

« Au début, je ne savais pas trop comment faire face à cela, dit-il. On était confrontés à beaucoup d’interdictions, le tournage de ma série Chasseurs d’étoiles était retardé ; je me suis demandé comment j’allais occuper mon temps. Je suis quelqu’un qui, dans la vie, travaillait ou qui allait prendre un verre. Comme tout était fermé et que je n’avais plus de travail, je me retrouvais un peu face au néant. »

Pour celui qui faisait déjà beaucoup d’anxiété--- – au point où une marche de quelques minutes pour se rendre à l’épicerie était un défi à un certain moment de sa vie –, la marche est apparue comme une planche de salut inattendue.

« J’étais tanné d’être prisonnier, alors je me suis dit : je vais aller faire une marche. Il fallait que je bouge ! J’ai fait une première marche de 15-20 minutes et je suis revenu en me disant que ce n’était pas si pire. Le lendemain, je suis retourné, et cela est parti comme ça. Rapidement, je me suis rendu compte que cela devenait presque nécessaire. »

S’il a perdu « au moins 20 lb » depuis le début de la pandémie, il le sait par ses vêtements devenus trop grands et les commentaires de ses amis. Car il ne se pèse pas et ne se met pas de pression ni d’objectif de perte de poids ou de distance parcourue. Ce qu’il sait cependant, c’est qu’il a désormais besoin de faire 4 à 5 sorties par semaine et que ces sorties durent en moyenne 45 minutes.

« Il y a des mois où j’ai marché 7 jours sur 7, ajoute celui qui a aussi vu son anxiété grandement diminuer. Je n’aurais jamais pensé cela de moi, jamais ! Il faut croire qu’à ce moment de ma vie, ça a été très utile. Tout cela est né d’un simple désir de sortir de la maison, au fond. »

La marche est aussi l’occasion parfaite pour Jimmy de voir son monde. Sa mère, son père, ses tantes, ses filleuls et ses amis. « On vit tous la même chose, on se sent tous isolés, alors la marche nous fait tous du bien, explique celui qui a aussi vu ses douleurs de hanche et de nerf sciatique disparaître. J’ai aussi diminué ma consommation d’alcool énormément, j’ai une vie beaucoup plus saine et la marche y est pour beaucoup. »

4 SPORTS MINIMALISTES

La course

Une bonne paire de chaussures, et puis hop ! Attention toutefois de toujours y aller graduellement et à votre rythme.  

La randonnée pédestre en montagne

En plus de voir du paysage, cette activité vous permettra de vous oxygéner et d’améliorer votre cardio.

La natation

Une bonne activité très complète. Suivez votre propre rythme et, dans l’enthousiasme, faites attention aux blessures d’épaule.  

Le vélo

Avec l’arrivée prochaine du printemps, ce sera le temps de sortir le vélo et de pédaler, activité fort populaire lors du premier confinement.