/sports/hockey
Navigation

Éclosion chez les Canucks: Brent Sutter a peur pour son fils

Brent Sutter
Photo d'archives, AFP Brent Sutter

Coup d'oeil sur cet article

Le grand manitou des Rebels de Red Deer, Brent Sutter, s’inquiète pour son fils Brandon, qui œuvre comme attaquant chez les Canucks de Vancouver.

• À lire aussi: COVID-19: de mal en pis chez les Canucks

Le patineur de 32 ans est l’un des nombreux joueurs de la formation de la Colombie-Britannique qui ont contracté la COVID-19.

«Nous nous sommes parlé via vidéoconférence hier [dimanche] et il se sentait très malade», a indiqué Brent Sutter au réseau Sportsnet, lundi.

  • Écoutez l'entrevue du directeur médical du centre des maladies infectieuses de Vancouver Brian Conway avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

 

«Brandon a obtenu un résultat positif et il a les symptômes suivants: courbatures, maux de tête et frissons. C’est comme la grippe», a poursuivi le propriétaire, directeur général et entraîneur de la formation de la Ligue de hockey junior de l’Ouest. «Je présume que chaque gars réagit différemment quand il contracte le virus, particulièrement avec le variant brésilien. C’est effrayant quand on considère que même les plus jeunes tombent aussi malades.»

En date de lundi, 16 joueurs des Canucks ont vu leurs noms inscrits sur la liste des joueurs non disponibles en raison de la COVID-19. Les activités du club ont été mises en pause après que l’attaquant Adam Gaudette eut reçu un diagnostic positif au virus, mardi dernier.

Depuis, la situation ne cesse de s’empirer.

«Ils ont tous des symptômes, mais il ne sait pas comment tout le monde se sent», a dit Sutter en rapportant les propos de son fils. «Je m’inquiète comme tout le monde. Quand ta famille est impliquée, c’est épeurant.»

Plus gros que le hockey

Brent Sutter, qui a joué et été entraîneur dans la Ligue nationale de hockey, croit que la gravité de ce qui se déroule présentement chez les Canucks dépasse largement le spectre du hockey.

«La plus grande préoccupation que tout le monde devrait avoir maintenant, c’est que tous renouent avec la santé. Cela doit être la principale préoccupation. Tout ce qui se passe du côté hockey n’a pas d’importance», a clamé l’homme de 58 ans.

Le dirigeant a même évoqué la possibilité que la saison des Canucks pourrait être compromise.

«Je ne sais pas combien de temps ça prendra avant qu’ils puissent même envisager de revenir au jeu ou s’ils seront même capables de revenir à temps, a-t-il affirmé. Brandon a mentionné qu’ils doivent être en quarantaine pendant 10 jours et en regardant [le journaliste de Sportsnet] Elliotte [Friedman] à la télévision, il semble qu’ils doivent obtenir des résultats négatifs sur plusieurs jours. Ils doivent ensuite reprendre l’entraînement. On peut donc penser que ça prendra deux ou trois semaines.»

«Ce n’est pas comme si nous parlions de deux ou trois gars, a poursuivi Sutter. Si tous les gars ont été malades et qu’ils doivent respecter le minimum sur la masse salariale, les Canucks peuvent-ils revenir et jouer?»