/finance/business
Navigation

Les syndiqués de Transat sont divisés

La mort de l’option Air Canada fait beaucoup réagir

Les syndiqués de Transat sont divisés
Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Entre le soulagement et la déception, les quelque 1950 agents de bord d’Air Transat présentaient des sentiments partagés lundi face à l’abandon vendredi dernier du projet d’acquisition de Transat AT par Air Canada. 

• À lire aussi: Vente d’Air Transat: les administrateurs montrés du doigt

• À lire aussi: Air Canada lance la serviette

• À lire aussi: L’offre de Pierre Karl Péladeau considérée par Air Transat

«Mes collègues sont sincèrement divisés entre ceux qui sont soulagés et ceux qui sont déçus, a expliqué au Journal Dominic Levasseur, président de la composante des agents de bord d’Air Transat, au sein du Syndicat canadien de la fonction publique. Mais peu importe ce qu’ils espéraient, tous demeurent confiants face à l’avenir.»

Air Canada et Transat ont confirmé par communiqué, le 2 avril, qu’elles mettaient fin à leur entente visant l’acquisition du voyagiste montréalais. Air Canada et Transat avaient déjà obtenu le feu vert des autorités canadiennes, mais devant le rejet attendu de la Commission européenne, les deux entreprises ont préféré mettre un terme à leur projet.

Avec ou sans investisseur?

« Nous manquons d’informations sur les intentions de la direction et des acquéreurs potentiels pour juger et nous prononcer convenablement sur la situation», a répondu Dominic Levasseur, lorsque contacté par le Journal.

« Des rencontres sont prévues dans les prochains jours; ce qui pourraient nous permettre de développer une position commune. Mais une chose est sûre, nous croyons tous en la capacité de Transat de se relever. Reste à voir si elle pourra le faire seule, ou encore avec le concours de nouveaux investisseurs.»

Impact sur les actions

Chose certaine, l’abandon du projet de fusion aura eût des conséquences certaines sur le cours des actions des deux entreprises montréalaises, dès la réouverture des marchés lundi.

Après avoir touché un creux de 4,25$ en matinée, l’action de Transat s’est redressée légèrement pour clôturer à 4,69$, un recul de 14,57% par rapport à son cours de fermeture de la semaine dernière.

Pendant ce temps, le titre d’Air Canada a pris du mieux à la Bourse de Toronto, atteignant les 27,10$ l’action à la fermeture de la séance, pour un gain de 2,46%.

Besoin de 700 millions $

Après l’avoir suspendu, la Banque Nationale a repris sa couverture du titre de Transat lundi, avec un cours cible de 3,80$. Son analyste Cameron Doerksen estime que l’injection de 700M$ d’investissements seront requis pour permettre à l’entreprise de survivre à la crise actuelle.

Au nombre des acquéreurs potentiels, l’analyste Benoit Poirier, de Desjardins, rappelle l’offre de Pierre Karl Péladeau, président de Québecor. Une alliance avec WestJet, propriété d’Onex, pourrait aussi lui être profitable, estime M. Poirier.