/sports/baseball
Navigation

Les partisans lancent des poubelles aux Astros

Les partisans lancent des poubelles aux Astros
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les partisans du baseball majeur ne semblent toujours pas avoir pardonné aux Astros de Houston leur système de vol de signaux. Les spectateurs présents au stade des Angels de Los Angeles en ont fait la preuve, lundi, en jetant des poubelles sur le terrain. 

• À lire aussi: Le Colorado accueillera le match des étoiles

En effet, une poubelle gonflable, en sixième manche, puis une autre quelques instants plus tard – réelle cette fois –, ont été jetées sur le terrain lors d’un duel entre les deux équipes en Californie.

«Vous pouvez voir toute l’hostilité et la haine dans les tribunes», a concédé le gérant Dusty Baker en vidéoconférence après une défaite de 7 à 6, avant de défendre son organisation.

«Combien de personnes dans les gradins n'ont jamais rien fait de mal de leur vie? Nous avons payé le prix. Combien de personnes n'ont jamais triché à un test ou quoi que ce soit d'autre à un moment donné? Je veux dire, c'est facile si vous vivez dans des maisons de verre, mais je pense que personne ne vit dans des maisons de verre.»

Mauvais exemple

Les Astros ont été reconnus coupables d’avoir mis en place un système de vol de signaux utilisé en 2017 et 2018. Dans celui-ci, des coups sur des poubelles donnés par des membres de l’équipe regardant des images derrière le banc de l’équipe servaient de signaux pour les frappeurs à propos du genre de lancer à venir.

Les ligues majeures avaient retiré aux Astros leurs choix de premier et de deuxième tours aux repêchages de 2020 et 2021, tout en leur donnant une amende de 5 millions $. Avant d’être congédiés, l’entraîneur-chef A.J. Hinch et le directeur général Jeff Luhnow avaient écopé d’une suspension d’un an.

Baker estime ainsi que le dossier est réglé et que l’attitude des partisans, à Los Angeles, était déplorable.

«Je pense que parfois, nous devons nous regarder nous-mêmes avant de cracher de la haine sur quelqu'un d'autre. C'est une triste situation pour l'Amérique, pour moi, quand vous entendez des choses; je veux dire, qu’est-ce que les enfants sont-ils censés penser dans les gradins?»

«Certains d'entre eux sont des enfants qui suivent leurs parents. C'est triste pour moi. Les gens font des fautes. Nous avons payé la nôtre et j'aurais aimé qu'ils passent à autre chose.»