/sports/hockey
Navigation

Samuel Girard, candidat au trophée Norris?

Coup d'oeil sur cet article

Le Québécois Samuel Girard connaît une saison du tonnerre avec l’Avalanche du Colorado. En effet, le défenseur de 22 ans commence même à s’immiscer dans la conversation pour l’obtention du trophée Norris, remis au meilleur joueur d’arrière de la Ligue nationale de hockey (LNH) en saison régulière.

Girard a, en ce moment, 30 points en 36 parties avec un différentiel de +16, tout en passant, en moyenne, plus de 23 minutes sur la patinoire par match.

Pour l’instant, ils ne sont que quatre défenseurs à avoir plus de points que lui en 2020-2021, soit Victor Hedman (36 points), Adam Fox (33 points), John Carlson (32 points) et Tyson Barrie (32 points). Dougie Hamilton a lui aussi 30 points.

Dans la catégorie du différentiel, dominée par le défenseur des Canadiens de Montréal Joel Edmundson (+30), Girard est septième.

L’entraîneur de l’équipe, Jared Bednar, et le directeur général, Joe Sakic, ne tarissent pas d’éloges à son endroit, chose qu’il apprécie au plus haut point.

«C’est le fun de voir la confiance que les entraîneurs ont en moi, a souligné Girard, mardi, lors de l’émission JiC sur les ondes de TVA Sports. Même quand je suis arrivé à ma première année, j’avais beaucoup de temps de jeu pour un jeune de 19 ans, même à 20 ans et 21 ans aussi. En tant que joueur de hockey, c’est le fun d’avoir la confiance de l’organisation, des entraîneurs, du directeur général. Le fait aussi que j’aie signé un contrat de sept ans, ça me permet de juste penser au hockey et à la famille. Ça va juste aller de mieux en mieux.»

Actuellement, l’Avalanche est 13-0-2 à ses 15 derniers matchs. Si les performances de Girard, notamment, y sont pour beaucoup, celles du gardien Philipp Grubauer également.

«On voyait beaucoup d’entrevues au début de la saison à propos de nos gardiens de but, a continué Girard. Pour moi et les autres dans l’équipe, on le savait que Grubauer est un gardien numéro 1. Il le prouve cette saison. En tant que défenseur, de l’avoir derrière sur la glace, présentement, c’est vraiment rassurant. Tu joues avec plus de confiance aussi.»

Le Québécois a d’ailleurs vécu un moment spécial cette saison en enfilant le gilet rétro de l’Avalanche, celui mettant en vedette le logo des Nordiques de Québec.

«La première fois que je l’ai porté, c’était un moment le fun, a révélé le défenseur. C’était l’équipe préférée de ma mère lorsque j’étais jeune et quand elle était jeune. C’était le fun de pouvoir porter le chandail et de pouvoir jouer avec ce logo-là sur le dos.»