/world/usa
Navigation

Biden fera des annonces jeudi sur la limitation des armes à feu

Coup d'oeil sur cet article

Le président américain Joe Biden annoncera jeudi des mesures visant à limiter les armes à feu, a indiqué la porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki. 

• À lire aussi: Après une nouvelle tuerie, Biden réclame l’interdiction des fusils d’assaut

• À lire aussi: Washington évoque une consultation entre alliés sur la question d'un boycottage des JO de Pékin

• À lire aussi: Les Américains perdent la foi

• À lire aussi: La violence par armes à feu, l'autre épidémie américaine

Le gouvernement démocrate n'a pas détaillé la nature de ces annonces, mais, selon le site Politico, Joe Biden va publier des décrets présidentiels pour mieux encadrer certains types de ventes.

Accompagné de son ministre de la Justice Merrick Garland, il devrait notamment s'attaquer aux armes dites "fantômes" qui sont fabriquées de manière artisanale et n'ont pas de numéro de série.

Joe Biden, un partisan de longue date d'un meilleur encadrement des armes à feu, a promis pendant sa campagne d'agir sur ce front. Une série de fusillades ces dernières semaines a accentué la pression pour qu'il passe à l'action.

Après des tueries en Géorgie puis dans le Colorado, il a demandé au Congrès d'interdire les fusils d'assaut et d'adopter une loi pour mieux vérifier les antécédents des acheteurs, mais les courtes majorités démocrates dans les deux chambres compliquent le passage de textes sur ce sujet très clivant.

Agir par décret lui permettra d'aller plus vite.

En 1994, alors sénateur, Joe Biden avait participé à l'adoption d'une loi interdisant les fusils d'assaut. Mais la mesure n'était valide que dix ans et n'a jamais pu être renouvelée après 2004 compte tenu de l'opposition des élus républicains à ce qu'ils perçoivent comme une violation d'un droit constitutionnel.

Les armes à feu ont fait plus de 43 000 morts, suicides inclus, aux États-Unis en 2020, selon le site Gun Violence Archive.

Mais de nombreux Américains restent très attachés à leurs armes et se sont même précipités pour en acheter davantage depuis le début de la pandémie, et encore plus lors des grandes manifestations antiracistes du printemps et des tensions électorales de l'automne.