/sports/hockey/canadien
Navigation

Ducharme: «On est près d’eux»

Coup d'oeil sur cet article

Les Maple Leafs et le Canadien nous ont offert un bon aperçu de ce à quoi une première confrontation en plus de 40 ans en séries éliminatoires entre les deux grands rivaux pourrait ressembler : des matchs serrés où le moindre relâchement risquerait de coûter cher.

• À lire aussi: Pas au niveau des Leafs

• À lire aussi: Jonathan Drouin veut en faire plus

Car, malgré les 17 points qui les séparent au classement de la division Nord, les deux formations se sont livré une chaude lutte. 

« On est près d’eux », a soutenu Dominique Ducharme, au terme de cette courte défaite de 3 à 2.

« On était à un but d’égaler la marque. On a eu nos occasions en deuxième période. On n’a pas été assez actifs en première période. On était trop spectateurs, a déclaré l’entraîneur-chef du Canadien. Pour gagner contre les Leafs, tu dois être constant. Ce soir [mercredi], on a été trop inconstants. »

Oui, le Canadien a fait la preuve qu’il peut tenir son bout contre les Maple Leafs. Mais il a probablement également compris qu’il ne faut pas les laisser respirer.

  • Écoutez la chronique sports et société de Jean-François Baril sur QUB radio:

Curieusement, le Tricolore, qui a limité Connor McDavid et Leon Draisaitl à deux points chacun depuis le début de la saison, a vu Auston Matthews et Zach Hyman en récolter le même nombre dans l’unique rencontre de mercredi.

« Les jeux arrivent rapidement. Je crois qu’on réussissait à appliquer plus de pression sur les défenseurs des Oilers. En général, ça nous permettait d’être mieux positionnés sur McDavid et Draisaitl, a analysé Ducharme. En deuxième période, quand on bougeait bien et qu’on mettait de la pression sur leurs défenseurs, on voyait moins ces gars-là. »

Un absent près du filet

En deuxième période, le Tricolore était effectivement partout sur la patinoire. Ses 17 tirs sur Jack Campbell étaient une réplique parfaite aux 13 qu’a reçus Jake Allen au cours du premier vingt.

« On aurait pu prendre l’avance à ce moment-là. Ç’aurait été un match différent. C’est certain que pour marquer ce genre de buts-là, il faut se présenter avec de la hargne. Dans un match serré comme celui-ci, ça peut faire la différence. »

Par « ce genre de buts », Ducharme identifiait les buts qui se marquent à proximité du filet. Ceux qui sont la spécialité de Brendan Gallagher, qui sera absent pour les six prochaines semaines, et de Corey Perry. C’est d’ailleurs de cette façon que le vétéran de 35 ans a marqué ses deux buts.

Kotkaniemi se débrouille

Jesperi Kotkaniemi avait la mission de remplacer Gallagher à la droite de Tomas Tatar et Phillip Danault. Le grand Finlandais s’est bien acquitté de sa tâche. 

Particulièrement en deuxième période, au cours de laquelle il s’est impliqué tant en zone offensive que dans son territoire. Il a bloqué des tirs et a fait fi de la pression des défenseurs adverses pour bien effectuer ses sorties de zone.

« Il a eu un match assez solide. En général, ça a été très positif, a assuré Ducharme. Il doit continuer de grandir là-dedans. C’est une autre expérience pour lui. »