/opinion/columnists
Navigation

Fleury peut oublier le trophée Vézina

Coup d'oeil sur cet article

L’impressionnant retour au jeu de Robin Lehner chez les Golden Knights de Vegas a pratiquement sorti son partenaire, Marc-André Fleury, de la course au trophée Vézina, mais le tandem du désert Mojave est désormais favori pour capturer le trophée Jennings. 

• À lire aussi: La porte s’ouvre pour Allen

• À lire aussi: Carey Price à l’écart pour au moins un match

Il y a à peine trois semaines, plus précisément le 17 mars, Marc-André Fleury occupait le premier rang de notre classement avec une fiche de 15-5-0, 0,936 et 1,77. Il se battait nez à nez avec Andrei Vasilevskiy, du Lightning de Tampa Bay, dans la course au trophée Vézina. Le Russe présentait alors un dossier de 17-3-1, 0,934 et 1,85. 

Il s’en est toutefois passé des choses depuis. D’abord, à Vegas, Lehner est revenu au jeu après cinq semaines d’absence en raison d’une commotion cérébrale, mais c’est comme s’il n’avait rien manqué. Il n’a accordé que sept buts en cinq matchs. 

Fleury a quelque peu refroidi avec le nouveau partage des tâches. Il a alloué 20 buts à ses 6 dernières sorties. Son taux d’efficacité a baissé à 0,924 et sa moyenne de buts alloués est passée de 1,77 à 2,14. 

Grubauer fumant 

Pendant ce temps, Vasilevskiy ne dérougit pas à Tampa et il joue plus souvent que jamais. Dans son cas, la menace pour la conquête d’un deuxième trophée Vézina vient désormais de Philipp Grubauer (2e) au Colorado. Le gardien de l’Avalanche domine la ligue au chapitre des victoires (24), de la moyenne de buts alloués (1,83) ainsi que des jeux blancs (5). 

Depuis le 3 mars, Grubauer est le meilleur gardien de la LNH. Il n’a alloué que 23 buts en 16 rencontres pour un impressionnant bulletin de 14-1-1, 0,938, 1,46.  

Pour l’instant, tant du côté du Lightning que de l’Avalanche, on doute des auxiliaires. La garde du filet est donc un « one-man show », ce qui augmente les chances de Fleury et Lehner de capturer le trophée Jennings avec le calendrier condensé « spécial COVID ». 

Le trophée recherché est évidemment la coupe Stanley, mais une blessure au mauvais moment à Vasilevskiy ou à Grubauer pourrait être catastrophique. Difficile d’imaginer que ces deux formations ne tenteront pas d’acquérir un gardien auxiliaire de qualité cette semaine. 

Saros et la poussée des Predators 

Un autre gardien qui épate est Juuse Saros (4e) à Nashville. Le Finlandais n’a alloué que neuf buts à ses huit derniers départs pour une fiche de 6-2-0, 0,968, 1,13. Il est grandement responsable de la remontée des Predators, qui sont maintenant dans le portrait des séries. 

Campbell redonne espoir 

On s’emballe à Toronto avec les succès de Jack Campbell, jadis un espoir de premier plan. À 29 ans, le gardien des Maple Leafs connaît ses meilleurs moments dans la LNH avec une série de neuf victoires qui le place à égalité dans le livre des records des Maple Leafs avec Félix Potvin (1993), Jacques Plante (1971) et John Ross Roach (1925).  

Pas mal pour un gars qui n’a que 73 matchs derrière la cravate en 10 ans chez les professionnels.