/misc
Navigation

Les Américains perdent la foi

Die Erleuchtung
Photo adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début de ma carrière, j’ai toujours expliqué à mes étudiants qu’il est impossible de bien comprendre la société américaine si on ne prend pas d’abord la mesure de l’importance de la religion.

Que ce soit au moment de l’implantation des treize premières colonies, de la rédaction de la constitution ou ne serait-ce qu’en s’intéressant à une campagne électorale et aux thèmes qui la ponctueront, le facteur religieux est incontournable.

Si l’influence des convictions ne peut toujours pas être ignorée en 2021, la situation évolue depuis quelques années et un récent sondage Gallup confirme une diminution rapide du nombre d’Américains qui disent être membres d’une communauté, que ce soit une église, une synagogue ou une mosquée.

Ils ne sont donc plus que 47% à reconnaître appartenir à un lieu de culte en particulier alors qu’en 1937, lors du premier coup de sonde de Gallup, ils étaient 73% à le faire. La tendance observée depuis le début de 21e siècle semble s’accélérer récemment.

Fait intéressant, l’évolution du phénomène ne toucherait pas que la jeune génération, les gens plus âgés ayant également diminué ou modifié leurs pratiques. Par exemple, chez ceux et celles qui appartiennent à la génération X, ils sont maintenant 20% à reconnaître n’être affiliés à aucune Église, alors qu’en 1999 on en relevait seulement 11%.

Il sera intéressant dans les prochaines années d’observer vers qui ou vers quoi se tourneront les Américains qui ont toujours la foi, même s’ils ne joignent plus les rangs d’une communauté religieuse. Le besoin de croire est toujours présent, mais il semblerait qu’on soit moins doctrinaire dans ses croyances.

Le site Axios relayait mercredi matin les écrits du journaliste Matthew Yglesias qui s’est penché sur la sécularisation de la société américaine. Parmi les retombées observées par le journaliste, on note au passage que la sécularisation d’une personne de race blanche s’accompagne d’un déplacement des intentions de vote. Essentiellement, plus on sécularise, plus les démocrates gagneraient des partisans. De manière paradoxale, lorsqu’une personne de race noire vit le même processus, elle se tourne alors vers les républicains!

Comme je le soulignais au départ, les États-Unis sont toujours un pays grandement influencé par les groupes et mouvements religieux, mais la situation évolue de plus en plus rapidement. Les dirigeants religieux devront rapidement s’adapter aux nouvelles réalités et les stratèges politiques ne manqueront pas d’intégrer ses nouvelles données dans leurs calculs électoraux.