/sports/soccer/cf-montreal
Navigation

Sebastian Breza vient pour jouer

Il souhaite défendre le filet du CF Montréal en 2021

Sebastian Breza
Photo Twitter @clubdefootmtl Pour Sebastian Breza, c’est un heureux hasard que Bologne soit affilié à Montréal, mais sa décision aurait été la même, peu importe la destination.

Coup d'oeil sur cet article

Le gardien montréalais Sebastian Breza rentre à la maison, mais c’est surtout pour jouer qu’il est revenu en ville.

• À lire aussi - CF Montréal : l’équipe enfin au complet

• À lire aussi - Sebastian Breza se joint au CF Montréal

C’est le jour de la demi-finale des qualifications olympiques contre le Mexique qu’il a appris que Bologne allait le prêter pour la saison 2020 à l’autre formation propriété de Joey Saputo.

« Ça fait plaisir de jouer pour le club qui représente la ville d’où je viens », a expliqué le jeune de 23 ans qui s’exprime calmement.

« En partant de Bologne pour venir à Montréal, c’est sûr que j’aimerais ça jouer. J’ai des objectifs, mais ce sont les mêmes que pour Clément [Diop] et James [Pantemis]. »

Voyage d’affaires

Breza ne le cache pas, la famille était heureuse qu’il rentre au bercail pour quelques mois, et ce, même s’il passera plus de temps en Floride qu’à Montréal, COVID-19 oblige.

« C’est sûr que mes parents étaient contents parce que ça faisait un an que je ne les avais pas vus. Ils sont surtout heureux parce que c’est un bon choix pour ma carrière. »

Breza a toutefois été très clair, le fait que le prêt ait été fait à Montréal n’a pas vraiment pesé dans sa décision d’accepter la proposition de Bologne.

« Le fait de revenir à Montréal n’entre pas dans l’équation. Si Bologne avait été associé à Miami, le choix aurait été le même. Le fait que Montréal soit associé à Bologne est un heureux hasard. »

Vécu

Malgré ses 23 ans, Breza a déjà pas mal de vécu. Il est parti pour l’Italie en 2014 afin d’y poursuivre sa formation et a fait ses débuts professionnels avec Monopoli et Palerme sans disputer une minute.

C’est avec Potenza, qu’il intègre en 2017 alors que l’équipe évolue en quatrième division, qu’il prend son envol. Il aide notamment l’équipe située dans le sud de l’Italie à obtenir sa promotion en Série C, la troisième division, en 2018-2019.

« Quand je suis parti de Montréal, c’est sûr que j’avais des attentes énormes, mais je me suis retrouvé dans un club de troisième division et c’est ce qu’on ne voit pas à la télé, il faut travailler pour se faire recruter par un grand club.

« J’ai ensuite dû aller en quatrième division pour jouer des matchs et pour gagner un championnat, mais quand j’ai eu ma chance avec Bologne, c’est là que tu réalises que les efforts que tu mets sur le terrain finissent par payer. »