/news/transports
Navigation

Terrains du REM: l’opposition surprise que le maire d’Hochelaga ne soit pas au courant

SOBEYS - REM
PHOTO DOMINIQUE CAMBRON-GOULET

Coup d'oeil sur cet article

L’opposition à Montréal se dit étonnée que le maire de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Pierre Lessard-Blais, affirme ne pas avoir été mis au courant, par la Caisse de dépôt, qu’elle convoitait un terrain pour son projet de REM de l’Est.  

• À lire aussi: Le REM cause d’autres tensions à Montréal

Mercredi, Le Journal révélait que Québec avait placé une réserve foncière sur un terrain près du Faubourg Contrecœur, compromettant ainsi un projet d’épicerie attendu depuis près de 10 ans dans ce secteur de l’est de l’île.

Le maire Lessard-Blais a indiqué que c’est après que Le Journal eut posé des questions à ce sujet que des fonctionnaires municipaux ont pu avoir une confirmation, de la part de la Caisse, qu’elle convoitait le terrain de l’entreprise Sobey’s pour y construire une station de son train électrique.

«Je n’en reviens pas. La rumeur circule depuis au moins deux semaines. Le maire a une équipe, il peut faire des vérifications», affirme Karine Boivin-Roy, conseillère du parti Ensemble Montréal, dans le district Louis-Riel.

L’élue dit «douter» que Pierre Lessard-Blais, qui est membre de Projet Montréal, le parti de la mairesse Valérie Plante, n’ait pas su qu’une réserve foncière avait été placée sur ce terrain, comme il l’affirme. 

«Dans les élus locaux de son parti, il y a Éric Alan Caldwell, le responsable des transports au comité exécutif de la Ville de Montréal. M. Caldwell, dans ses fonctions, doit collaborer avec la Caisse, Québec et Ottawa», souligne Mme Boivin-Roy. 

L’élue d’Ensemble Montréal rappelle que le dossier d’épicerie piétine depuis 2018 et croit que l’administration de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve tente de «mettre sur la Caisse la responsabilité du fait que le projet ne se réalisera pas».