/lifestyle/columnists
Navigation

Fruit d’une réflexion qui m’habite

Coup d'oeil sur cet article

Le Créateur a bien rempli son rôle en créant les animaux, et il a fait de même ensuite avec les humains. Mais pas pour tous les humains. Il a commis une erreur de taille avec les mâles en ce qui concerne leur sexualité.

La testostérone est un élément important de la chimie du monde animal en ce qu’elle régule la capacité de copulation du mâle en réponse à l’instinct maternel de la femelle pour garantir la surviede l’espèce. Autrement dit, le mâle copule et la femme fait le reste.

C’est pareil pour l’humain. Mais pour certains mâles humains, il s’est glissé une erreur de taille, puisque qu’ils sont nombreux ceux qui ne se définissent que par leur sexualité. Pour eux, ne pas répondre à l’appel du sexe, ça fait d’eux un homme moins mâle, un sous-produit de son espèce.

Et plus le mâle est orgueilleux, plus il laisse parler son égoïsme, en accordant le maximum d’importance à sa sexualité, même quand il devrait s’en abstenir. Comme si son orgueil venait appuyer sur le bouton de son instinct de reproduction lui faisant perdre tout sensde la mesure. Ceci venant expliquer les viols, les incestes, l’usage de la pédophilie, ainsi que tout geste non consensuel ou déplacé qu’il impose aux autres, particulièrement aux femmes.

En terminant, je voudrais revenir au Créateur. Comment se fait-il qu’il ait oublié de mettre dans le cerveau mâle la « puce » du raisonnement, du contrôle de soi, de l’empathie et de la réflexion ? La « puce » d’amour quoi ? Ce que tout homme devrait posséder quand il aime sa compagne ? J’ai du mal à imaginer qu’un couple soit viable sans cette puce dans le cerveau de son élémentmasculin.

Vous allez peut-être m’objecter que certaines femmes ont uncerveau d’homme. Je vous répliquerai oui, peut-être, mais leurs crimes sont moins fréquents, moins violents, et en chacune d’elles,existe un fond de sentiment, de souci de l’autre et d’empathie, ce que certains hommes n’ont pas.

Huguette

Ça me gêne toujours des lettres comme la vôtre. Les généralités que vous faites étant sans nuances, ça donne une image de l’homme qui n’a rien de réaliste. Même si l’être humain possède à 98% les mêmes gênes que le chimpanzé et à 70%, ceux de la mouche domestique, il ne vous viendrait pas à l’idée de prétendre que l’humain équivaut à une mouche ou un chimpanzé ? Alors pourquoi ressentez-vous celui de réduire l’ensemble des hommes à un seul modèle, alors qu’une grande majorité d’hommes utilise sa capacité de civiliser ses instincts ? Je terminerai en citant une pensée lue récemment : « Un peuple sans culture est comme un zèbre sans zébrure. Et un zèbre sans zébrure, c’est un âne. » La culture étant à la base d’une civilisation digne de ce nom, braquons nos efforts sur la qualité de l’éducation qu’on donne à nos garçons plutôt que de laisser perdurer des légendes urbaines comme celle que vous nous proposez ce matin.