/news/politics
Navigation

La mairesse de Repentigny quittera la politique

La mairesse de Repentigny quittera la politique
SIMON DESSUREAULT/L'ÉCHO DE REPENTIGNY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Après 24 ans au pouvoir, la mairesse de Repentigny, dans Lanaudière, a annoncé, jeudi, qu’elle ne se présentera pas aux prochaines élections municipales. Elle terminera son sixième mandat avant de se retirer de la vie politique. 

«Après une mûre réflexion, c’est une décision qui a été prise avec l’ensemble de mon équipe politique. Il était temps que j’annonce que j’étais prête à passer le flambeau. Après 24 ans, j’ai le sentiment du devoir accompli», a-t-elle expliqué en entrevue, encore sous l’émotion.

Elle s’est dite sereine face à sa décision, et a promis d’occuper ses fonctions avec la même énergie jusqu’à la fin de son mandat. Elle occupait également le rôle de préfète de la municipalité régionale de comté (MRC) de L’Assomption.

«Je quitterai avec le sentiment d’avoir mené à bon port de beaux et grands projets pour notre ville. J’avais le désir de faire passer Repentigny de ville dortoir à une municipalité dynamique et attractive, tout en conservant son visage humain. On peut dire "mission accomplie"», a-t-elle déclaré.

Première femme à occuper la mairie de Repentigny, Mme Deschamps avait été élue pour la première fois en 1997. Elle vient d’une famille de «bâtisseurs» dans la ville de Repentigny. Son père y a été conseiller municipal pendant 42 ans. Son grand-père, son arrière-grand-père et son beau-père ont également tous trois été maires de la Ville.

«Je peux dire qu’à la maison, dans les deux familles, on en a beaucoup entendu parler de Repentigny», s’est-elle exclamée à ce propos, dans un éclat de rire.

Pour l’instant, elle admet ne pas encore être certaine de ce qui l’attendra, une fois son mandat terminé. Elle souhaite consacrer davantage de temps à sa famille, bien qu’elle ne soit pas encore prête à prendre sa retraite.

«Je regarde ce qui se passe autour de moi, je vois les citoyens qui ont repris le goût de faire des activités en famille, de profiter de la vie, et je me dis qu’après six mandats, ce serait peut-être à mon tour. Après la politique, il y a tout simplement la vie», a-t-elle confié.

Doctorante en psychopédagogie à l’Université Laval, elle avait mis de côté une carrière universitaire comme professeure et chercheuse afin de faire le saut en politique municipale. «Je ne l’ai jamais regretté», a-t-elle précisé.

L’un de ses plus grands legs, à ses yeux, est la création d’un centre-ville en 2005, où a récemment été implanté l’Espace culturel de la ville. «Ça devient le nouveau moteur économique. Non seulement pour Repentigny, mais pour notre MRC».