/sports/opinion/columnists
Navigation

Le message des Blue Jays

BBA-SPO-TORONTO-BLUE-JAYS-V-NEW-YORK-YANKEES
Photo AFP Vladimir Guerrero frappe un simple lors de la quatrième manche contre les Yankees, samedi dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Les Blue Jays ont livré un message sans équivoque aux Yankees lors de leur première confrontation de la saison 2021 : « Vous ne serez pas seuls dans la course au titre de la division Est de l’Américaine. »

En allant arracher deux victoires aux Yankees sur leur terrain, la troupe de Charlie Montoyo a démontré qu’elle peut rivaliser avec ceux qui sont favoris pour décrocher le titre de cette division. Les Rays de Tampa Bay auront aussi leur mot à dire, mais je doute que les Orioles, malgré leur excellent début de campagne soient de la partie. Pas plus que les Red Sox.

Malgré l’absence de George Springer, les Jays ont démontré qu’ils pouvaient gagner... lorsque leurs lanceurs ne sont pas trop généreux.

Vladimir Guerrero a poursuivi le bon travail qu’il avait amorcé au camp d’entraînement et ils ont découvert qu’en l’absence de Kirby Yates, comme spécialiste des fins de match, ils alignaient deux releveurs de calibre en Jordan Romano et Julian Merryweather.

Reste à savoir maintenant comment ils vont se comporter au cours des prochaines semaines puisqu’ils traversent un calendrier surchargé de 16 matchs en autant de jours !

Et les nouveaux (?) gérants

Il n’y a pas beaucoup de sang neuf cette saison chez les gérants du baseball majeur.

L’an dernier, en 2020, quatre gérants ont fait leurs débuts dans les majeures, soit David Ross avec les Cubs, Luis Rojas avec les Mets, Derek Sheldon avec les Pirates et Dave Tingler avec les Padres.

Par contre, toujours l’an dernier, on avait ramené Dusty Baker chez les Astros, Joe Girardi chez les Phillies, Joe Maddon chez les Angels et Gabe Kapler chez les Giants.

Il faut aussi mentionner que les Red Sox ont réintégré Joey Cora dans ses fonctions, après une année en pénitence tandis que A.J. Hinch refait surface avec les Tigers de Detroit. Sans oublier le vétéran Tony LaRussa qui est de retour avec les White Sox, lui qui avait dirigé les Cards en 2011.

Du nouveau pour la saison 2021

La nouvelle saison s’est amorcée il y a à peine une semaine, alors jetons ensemble un coup d’œil sur les changements aux règlements.

Soulignons d’abord que, contrairement à l’an dernier alors que le calendrier ne comptait que 60 matchs (il y en aura 162), les équipes de la Ligue nationale ne peuvent pas utiliser le frappeur de choix. Sauf, évidemment, lorsqu’ils jouent un match sur un terrain de la Ligue américaine.

Chaque club peut aligner 26 joueurs en saison régulière et 28 au cours du mois de septembre. Chaque club pourra toutefois compter sur une équipe de cinq réservistes lorsqu’il jouera à l’étranger.

Durant les voyages, les joueurs et le personnel des clubs n’auront pas le droit de quitter l’hôtel sauf pour des activités ayant lieu au stade ou au centre d’entraînement de l’équipe, autres que pour des raisons médicales.

Le port du masque est obligatoire pour tous dans l’abri et ailleurs, dans le stade, sauf pour les joueurs sur le terrain ou lors des exercices d’avant-match.

Chaque club doit avoir un membre responsable du traçage et un autre pour vérifier le port du masque. Des amendes seront imposées à ceux qui ne respecteront pas cette règle et le montant de ces amendes sera versé à des œuvres caritatives.

Essais dans les ligues mineures

Par ailleurs, le baseball majeur expérimentera plusieurs changements aux règles dans les ligues mineures, notamment une zone des prises automatisée. Des restrictions pour les défensives spéciales et des coussins plus larges.

Ces changements ont pour but d’augmenter l’action sur les sentiers, d’avoir plus de balles en jeu, d’améliorer le rythme des rencontres, de réduire la durée des matchs et des blessures subies par les joueurs.

La zone des prises automatisée sera en vigueur dans la ligue Southern, un circuit de calibre A faible, un système qui a été utilisé dans la ligue Atlantique, un circuit indépendant et dans la ligue d’automne de l’Arizona l’an dernier.

Dans les ligues de calibre AA, les joueurs d’avant-champ devront avoir les deux pieds dans l’avant-champ au début de chaque jeu. Il n’y aura toutefois pas de limite pour le nombre de joueurs qui pourront être postés en défensive de chaque côté du deuxième coussin.

Au niveau AAA, les coussins seront plus larges, soit de 18 pouces au lieu de 15. Ainsi, on espère limiter les collisions et les blessures. 

Tim Foli avait bon œil au bâton

L’ancien arrêt-court des Expos Tim Foli, surnommé « Crazy Horse », détient le record d’une série mondiale, n’ayant pas été retiré sur trois prises en 33 présences au bâton, en 1979 avec les Pirates contre les Orioles. 

Il avait réussi 10 coups sûrs, obtenu deux buts sur balles, sans mordre la poussière une seule fois.

Échangé aux Expos avec Mike Jorgensen et Ken Singleton en retour de Rusty Staub en 1972, il été le coéquipier de Bert Blyleven, Rod Carew, Gary Carter, Andre Dawson, Reggie Jackson, Willie McCovey, Phil Niekro, Tony Perez, Nolan Ryan, Tom Seaver, Willie Stargell & Dave Winfield, tous membres du Temple de la renommée, au cours de sa carrière.

Rusty Staub et ses circuits

Le grand rouquin Rusty Staub a toujours eu la réputation d’être un excellent frappeur et aussi d’être très régulier.

Il revendique d’ailleurs le fait d’armes d’avoir été le seul à cogner au moins un circuit, chaque saison, de 1963 à 1985. De plus, il a réussi au moins 100 coups sûrs avec six équipes différentes, soit Houston, les Colts et les Astros, les Expos, les Mets, les Rangers, les Tigers et les Expos.

Il a joué durant 23 saisons dans les majeures, bouclant sa carrière avec 2716 coups sûrs, dont 499 doubles, 47 triples et 292 circuits, produisant 1466 points en 2951 matchs.

Vida Blue et les étoiles

Le gaucher Vida Blue est dans une classe à part puisqu’il est le seul à avoir été le lanceur gagnant d’un match des étoiles dans les deux ligues majeures.

D’abord, il a inscrit la victoire lors de la classique de mi-saison de 1971 alors qu’il représentait les A’s d’Oakland et il a récidivé en 1981, cette fois dans l’uniforme des Giants de San Francisco.

L’excentrique proprio des A’s, Charles O. Finley lui avait offert un montant de 2000 $ pour qu’il change son prénom pour celui de « True », mais il a nettement refusé.