/finance/business
Navigation

Le géant du web Google visé par une action collective

La collecte de données personnelles sans consentement est au cœur de la requête

GEN-ALEXANDRE-PLOURDE
Photo Agence QMI. Joël Lemay L’avocat Alexandre Plourde travaille pour l’organisme Option consommateurs, qui est à la tête d’une demande en action collective contre le géant de l’internet Google, qui recueille sans consentement des données personnelles de ses utilisateurs.

Coup d'oeil sur cet article

Une action collective « majeure » a été lancée contre le géant du web Google qui s’enrichit en recueillant sans le consentement de ses utilisateurs de nombreuses données personnelles, selon Option consommateurs.

« Ça pourrait toucher des millions de Québécois. [...] Comme consommateurs, on devrait minimalement avoir notre mot à dire et avoir un contrôle de ce qui est fait de nos données personnelles et surtout avoir la possibilité de refuser d’être pisté partout sur le web », lance Alexandre Plourde, avocat chez Option consommateurs.

L’organisme de défense des droits des consommateurs est maintenant à la tête de ce recours, qui s’attaque à des « fausses représentations » faites par Google et à la collecte de données.

« C’est au cœur de leur modèle d’affaires, c’est extrêmement payant. Ces entreprises font de l’argent grâce à nos données personnelles et devraient être tenues responsables de faire preuve de la plus grande transparence à notre égard », estime Me Plourde. 

C’est pourquoi Option consommateurs a décidé de « remettre en question » les façons de faire de l’entreprise, alors que des recours semblables ont été lancés ailleurs, comme en Californie et en Colombie-Britannique. 

Sans consentement

Grâce à divers dispositifs, il est possible pour Google de recueillir un lot important d’informations sur ses utilisateurs, notamment grâce à leur recherche ou aux sites sur lesquels ils se retrouvent. 

« Grâce à l’omniprésence des Services et Outils Google sur le web, Google connaît de façon précise les habitudes virtuelles des membres du groupe envisagé, et ce, qu’ils utilisent ses applications, naviguent sur ses sites ou sur ceux de tiers », soutient la demande en autorisation d’action collective déposée récemment. 

Or, à aucun moment l’entreprise numérique ne vient explicitement demander le consentement à cette prise de données, ce qu’Option consommateurs dénonce. 

« Les gens ne savent pas nécessairement qu’ils font l’objet de cette collecte », affirme Alexandre Plourde. 

Également, le recours soutient que Google contrevient à la loi lorsqu’il affirme qu’un internaute peut « naviguer confidentiellement sur le web » en activant le mode « incognito » ou de navigation privée, ce qui est faux, soutient le recours.

Pas incognito

« Google est capable de pister les activités de l’utilisateur même lorsqu’il utilise ce mode et de recueillir des données. Il n’y a donc pas d’anonymat », explique Me Plourde. 

Des dommages punitifs de 50 M$ sont donc exigés contre Google, afin de « dissuader les entreprises à avoir de telles pratiques ». 

La requête d’Option consommateurs, qui est représentée par le cabinet Belleau Lapointe, demande également au tribunal de statuer sur la valeur des renseignements personnels qui ont été collectés à l’insu des Québécois.

« On veut que Google restitue aux utilisateurs la valeur des données, le profit qu’il a fait avec tout cela, précise l’avocat. C’est un recours qui vise ultimement à retrouver un peu de vie privée face aux géants du web. »


Les personnes désirant être informées du déroulement de l’action collective peuvent s’abonner au www.recourscollectif.info/fr/dossiers/google/