/entertainment
Navigation

Le journaliste culturel Michel Girouard est décédé

Michel Girouard en décembre 1980
Photo Les Archives, Journal de Montréal Michel Girouard en décembre 1980

Coup d'oeil sur cet article

Le journaliste culturel Michel Girouard a rendu l’âme vendredi, a annoncé sa sœur, Marie Girouard, sur Facebook.

«C’est avec une grande tristesse que je fais part du décès de mon frère Michel ce matin au CHUM. À sa demande aucune autre information ne sera donnée et la suite sera privée», a partagé Marie Girouard.

C est avec une grande tristesse que je fais part du décès de mon frère Michel ce matin au CHUM. A sa demande aucune autre information ne sera donnée et la suite sera privée

Publiée par Marie Girouard sur Vendredi 9 avril 2021

L’information a également été confirmée à l’Agence QMI par des collègues de Michel Girouard, qui tenait jusqu’à tout récemment la chronique «Champagne et caviar» dans le magazine artistique Allô Vedettes.

Michel Girouard était âgé de 76 ans. Il s’est éteint vendredi matin, au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) des suites d’une longue maladie.

Métier: «Jet set»

Michel Girouard est né le 29 août 1944. Depuis les années 1960, il couvrait l’actualité du vedettariat québécois.

À l’affût de tous les «potins», ce communicateur hors pair avait fait du «jet set» sa passion et son gagne-pain, et on a pu l’entendre commenter les manchettes culturelles québécoises, tout au long de sa carrière, à la radio, à la télévision et dans la presse écrite.

Il écrivait pour le magazine Allô Vedettes depuis les tout débuts de la publication, il y a plus de 40 ans.

Encore récemment, on l’invitait sur différentes tribunes pour l’entendre raconter les hauts faits du show-business, et il animait encore des événements d’envergure à l’occasion. Il était un habitué de l'émission Denis Lévesque, à LCN.

«Il adorait sa chronique, qui suscitait beaucoup de réactions et qui obtenait beaucoup de succès, a confié Luc Denoncourt, rédacteur en chef d’Allô Vedettes, vendredi, à l’Agence QMI. Il ne fait aucun doute, pour moi, que Michel Girouard a été un chroniqueur culturel qui a été marquant au Québec...»

Dès son jeune âge, Michel Girouard participait à l’émission Les ondes enfantines, à Radio-Canada. À 17 ans, il était en charge de chroniques culturelles pour les jeunes à l’hebdomadaire La Patrie.

On l’a ensuite entendu à la radio de CKAC, où il coanimait Salut les copains, avec Joël Denis, un autre rendez-vous pour les adolescents.

Michel Girouard a écrit pour des publications du groupe Québecor (Télé Radio Monde, Échos Vedettes) et a été appelé à voyager un peu partout pour rendre compte des plus grands événements «glamour», dont le Festival du Cannes.

On l’a vu tenir des chroniques à Bon Dimanche et Qui dit vrai?

En 1977, il prenait la barre du Jardin des étoiles, alors considérée comme la plus importante émission de variétés alors produite à l’époque dans la province, présentée en direct de La Ronde.

Michel Girouard a également été l’un des premiers au Québec à afficher ouvertement son homosexualité en annonçant son mariage avec son conjoint, le pianiste Réjean Tremblay, en 1972, alors que le mariage entre deux personnes du même genre n’était toujours pas reconnu au Canada.

Au cours de sa carrière, il a aussi lancé quelques 45 tours et chanté sur scène, et joué dans le film L’initiation. Longtemps, Michel Girouard a aussi été reconnu pour son amour des animaux, lui qui a trainé ses petits chiens, Cachou, puis Pablo, partout dans ses déplacements. Ceux-ci étaient presque aussi connus que leur maître.