/news/consumer
Navigation

Les vélos victimes de leur popularité au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Les stocks de bicyclettes fondent comme neige au soleil face à la forte demande, à tel point que les manufacturiers ont des difficultés à fournir des vélos, notamment dans le Bas-Saint-Laurent. 

• À lire aussi: Nouvelle règle sanitaire: quand faut-il porter le masque à l’extérieur?

• À lire aussi: Montréal retour sur l’image: un monde pour la bicyclette

• À lire aussi: Recul drastique des saines habitudes de vie chez les jeunes Montréalais

• À lire aussi: Le Québec s’apprête à vivre un été fou de sport et de rénovation

La production de vélos a été fortement ralentie depuis le début de la pandémie de COVID-19, créant une rupture de stock des pièces à l’échelle mondiale.

Mais si l’offre de vélos a baissé, la demande a quant à elle augmenté de près de 50% dans les différents points de service, les Québécois cherchant une activité estivale à faire qui respecte les mesures sanitaires mises en place sans nécessiter un changement de région.

Et l’engouement est tel que plusieurs adeptes de cyclisme ont d’ailleurs acheté leur vélo en avance, sans même l’avoir vu au préalable.

Des propriétaires de magasins de la région du Bas-Saint-Laurent ont ainsi reconnu que le contexte actuel est exceptionnel et qu’il faudra de deux à trois ans avant de remédier à la situation.