/weekend
Navigation

Un David contre Goliath africain

WE 0410 En mode lecture
Photo courtoisie Puissions-nous vivre longtemps
Imbolo Mbue
Aux Éditions Belfond
432 pages

Coup d'oeil sur cet article

Agissant avec la bénédiction d’un gouvernement corrompu de l’Afrique de l’Ouest, une compagnie pétrolière est en train de tout détruire autour d’elle. Y compris la vie de nombreux villageois. Mais tel qu’on pourra le découvrir dans ce touchant roman, tous n’ont pas encore dit leur dernier mot.

En 2016, la jeune écrivaine camerouno-américaine Imbolo Mbue s’est fait connaître un peu partout dans le monde avec Voici venir les rêveurs, son tout premier roman. Qui, en gros, raconte l’histoire d’un chauffeur d’origine camerounaise rêvant de devenir citoyen américain alors que la bulle des subprimes est à deux doigts d’éclater. 

Complètement différent, Puissions-nous vivre longtemps nous entraîne plutôt à Kosawa, un petit village d’Afrique de l’Ouest où rien ne va plus depuis qu’une multinationale américaine du nom de Pexton s’est installée dans les environs pour forer ses puits de pétrole. Car ce faisant, elle a tout empoisonné autour d’elle : l’air, le sol, la nourriture, l’eau. Avec pour résultat toutes sortes de maladies inconnues et de plus en plus d’enfants qui en meurent. 

Une situation parfaitement inadmissible, mais comment quelques familles sans le sou pourraient-elles avoir le dessus sur une compagnie pétrolière générant bon an mal an plusieurs millions de dollars ?  

David contre Goliath 

Toutes les huit semaines, des représentants de Pexton se déplacent cependant jusqu’à Kosawa pour amadouer les villageois et tenter d’apaiser leur colère avec des tombereaux de boniments. Ça a fonctionné pendant des années, alors pourquoi ne pas continuer ? Mais il y aura la fois de trop, celle où les villageois, écœurés par tant de mensonges et d’indifférence, finiront par se révolter en les faisant prisonniers. 

Ce sera le début d’une longue lutte qui nous sera racontée par plusieurs narrateurs, dont la jeune Thula, son oncle Bongo ou les enfants qui ont pour l’instant survécu à la maladie et à la violence. 

Un roman qui marque et qui nous fait regretter d’être assis là, impuissant. 

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

Le diable parle toutes les langues

<strong>Jennifer Richard</strong><br>aux Éditions Albin Michel<br>432 pages
Photo courtoisie
Jennifer Richard
aux Éditions Albin Michel
432 pages

Le diable du titre a un nom : sir Basil Zaharoff. Un homme qui, au tournant du XXe siècle, a probablement fait couler plus de sang que d’encre en vendant des armes partout où il y avait la guerre. Sans tomber dans la bio classique, ce livre bien documenté raconte les grandes lignes de sa vie et sincèrement, c’est captivant.  

Le ghetto intérieur

<strong>Santiago H. Amigorena</strong><br>aux Éditions Folio<br>192 pages
Photo courtoisie
Santiago H. Amigorena
aux Éditions Folio
192 pages

Il y a deux ans, ce roman bouleversant a vraiment fait beaucoup parler de lui. Ce qui est assez paradoxal, puisqu’il raconte l’histoire d’un homme qui finira par se murer dans le silence. En 1928, Vicente Rosenberg a en effet décidé de quitter Varsovie pour aller vivre en Argentine. Lorsque la Deuxième Guerre éclatera, il découvrira donc l’enfer nazi à travers les lettres de sa mère et c’est là que la honte commencera à le submerger... 

Ces grands procès qui ont changé le monde

<strong>Francesca Trop</strong><br>aux Éditions du passage<br>128 pages
Photo courtoisie
Francesca Trop
aux Éditions du passage
128 pages

Certains procès ont été plus marquants que d’autres. Celui de Jésus de Nazareth, par exemple. Sans oublier celui de Jeanne d’Arc, de Galilée, des sorcières de Salem, de Nelson Mandela ou de Cécilia le chimpanzé. Ce livre, qui en fait le tour, nous permet ainsi de comprendre comment chacun d’eux a contribué à faire évoluer les choses.

Bien manger c’est tout simple !

<strong>Marie-Ève Caplette</strong><br>aux Éditions Guy Saint-Jean<br>264 pages
Photo courtoisie
Marie-Ève Caplette
aux Éditions Guy Saint-Jean
264 pages

Ce livre de cuisine est différent des autres. Au lieu de nous proposer des recettes classées par catégories (salades, soupes, etc.), il nous invite à intégrer à notre routine 10 nouvelles habitudes santé, comme privilégier les grains entiers, préparer des déjeuners plus protéinés ou assaisonner autrement qu’avec du sel. Un excellent outil pour nous aider à mieux manger.

Frissons garantis  

Hors-piste

<strong><em>Hors-piste</em></strong><br>Allie Reynolds<br>Éd. Calmann-Lévy<br>432 pages
Photo courtoisie
Hors-piste
Allie Reynolds
Éd. Calmann-Lévy
432 pages

En général, les huis clos sont particulièrement efficaces pour nous garder rivés à un siège pendant des heures. Et celui-ci n’échappe pas à la règle. 

Tout commence par une invitation envoyée par courriel : un week-end de retrouvailles dans le refuge du glacier du Diable, l’une des stations de ski les plus élevées – et isolées – des Alpes françaises. N’ayant pas vraiment le choix d’accepter, Milla, une ancienne championne de snowboard aujourd’hui âgée de 33 ans, se rendra donc le jour dit au téléphérique. Où elle reverra pour la première fois en 10 ans Curtis, Brent, Dale et Heather, ses anciens camarades de compétition. 

Un tueur à débusquer ?

À ce stade, il est difficile d’ajouter quoi que ce soit d’autre sans courir le risque de divulguer un détail important. Mais il y a quand même une chose qu’on peut se permettre de dire : 10 ans plus tôt, c’est justement non loin de cette station de ski que Saskia Sparks, une jeune snowboardeuse d’origine britannique, a probablement trouvé la mort. Probablement, parce qu’elle a disparu et que son corps n’a encore jamais été retrouvé. 

Mais peut-être en sera-t-il autrement à l’issue de ce week-end de retrouvailles, qui ne tardera pas à devenir carrément cauchemardesque. Pour les personnages, s’entend. Pas pour nous !