/weekend
Navigation

Une réalité qui dépasse l’entendement

Delphine de Vigan
Photo courtoisie, Francesca Mantovani Delphine de Vigan

Coup d'oeil sur cet article

Avec Les enfants sont rois, l’écrivaine française Delphine de Vigan se penche sur un phénomène de société franchement perturbant.

Il y a quelque temps, en s’installant devant la télé, Delphine de Vigan est tombée par hasard sur un reportage portant sur les enfants influenceurs. Un sujet qui l’a tout de suite inter-pellée, certains de ces petits garçons ou petites filles pouvant cumuler plusieurs dizaines de millions de vues sur les réseaux sociaux et générer des revenus carrément astronomiques. Comment ? C’est là que c’en est presque incroyable : avec des vidéos amateurs tournées par papa maman, dans lesquels on peut les voir déballer des jouets, manger du junk (genre poulet frit, minipizzas et hamburgers) ou visiter des parcs d’attractions.

« Une telle exposition, une telle notoriété à un âge aussi jeune m’est apparue comme quelque chose d’incongru, explique Delphine de Vigan, qu’on a pu joindre à Paris à l’aube du 3e confinement. Que vont devenir ces enfants en vieillissant ? Comment leurs parents peuvent-ils les exposer à ce point sur la Toile ? Est-ce que ce sont simplement des gens de leur époque ou est-ce qu’il y a de l’abus, une frontière qui est franchie ? J’avais envie de comprendre cette espèce d’écosystème, de partager avec d’autres mon questionnement et pour moi, la meilleure façon de faire était de raconter cette réalité tout en restant dans le romanesque. J’avais l’impression qu’en imaginant l’envers du décor, j’allais parvenir à toucher davantage de lecteurs que s’ils lisaient des articles. »

Sur ce point, on ne peut que lui donner raison. Son tout nouveau roman, Les enfants sont rois, est absolument fascinant. Et bouleversant, aussi. Car comme on ne tardera pas à le découvrir, l’univers des enfants influenceurs est loin d’être toujours rose.

Il faut le voir pour le croire  

À l’instar de millions d’autres téléspectateurs, Mélanie Claux, l’héroïne des Enfants sont rois est très vite devenue accro aux émissions de téléréalité. Loft Story, Secret Story, L’île de la tentation... Elle les a toutes suivies avec assiduité pendant des années. Son plus grand rêve a d’ailleurs longtemps été de pouvoir elle aussi devenir célèbre en participant à l’une de ces émissions. Sauf que ça ne s’est jamais produit et faute de mieux, elle a fini par développer Happy Récré, sa propre chaîne YouTube. Ou plutôt celle de ses deux jeunes enfants, Sammy et Kimmy, puisque ce sont eux qui en sont les vedettes depuis déjà presque quatre ans.

Mais le 10 novembre 2019, il y aura un véritable coup de théâtre : au cours d’une partie de cache-cache, Kimmy, six ans, va littéralement s’évaporer dans la nature. Et sans elle, plus de Happy Récré. Une enquête sera donc immédiatement ouverte et c’est à travers les yeux de Clara Roussel, qui est procédurière à la Brigade criminelle de Paris, qu’on verra peu à peu à quoi ressemble le stupéfiant quotidien de ces nouvelles petites superstars du web, devenues expertes en placements de produits. 

« Pour écrire ce livre, j’ai regardé beaucoup de chaînes en France et à l’étranger, parce que ce phénomène existe vraiment partout dans le monde, précise Delphine de Vigan. Ce qui m’a sidérée, c’est la répétition elle-même, quand on se rend compte que pour certaines familles, ça fait des années que ça dure, des années que les enfants déballent des cadeaux ou font la promotion de telle ou telle marque de nourriture. Acheter, consommer, s’extasier... En gros, ça nous dit qu’être heureux, c’est posséder. Des valeurs effarantes, surtout lorsqu’on sait que ces chaînes s’adressent aux plus jeunes et qu’elles sont souvent regardées à l’insu des adultes. »

Célèbres malgré eux

Pour écrire Les enfants sont rois, Delphine de Vigan a rapidement eu l’idée de flirter avec le polar, un genre qu’on n’a pas l’habitude de lui voir. « L’enquête policière me permettait à la fois de créer une tension dramatique et de montrer l’envers d’un univers que les gens connaissent encore très peu, indique l’auteure de Rien ne s’oppose à la nuit. Clara est un personnage candide et j’avais besoin de son regard pour décrire le monde de YouTube ou d’Instagram. Contrairement à Mélanie, qui cherche à être dans la lumière depuis l’adolescence, Clara est une femme de l’ombre, de la marge, qui se sent un peu en décalage de son époque. »

Un décalage que bien des lecteurs risquent de ressentir également, surtout s’ils sont parents d’enfants aussi jeunes que Sammy ou Kimmy. Seule consolation ? Le 19 octobre 2020, en France, une loi a été adoptée pour encadrer le travail de ces enfants influenceurs. Reste à espérer que le Québec fera bientôt de même... 

Les enfants sont rois<br/>
Delphine de Vigan<br/>
Éditions Gallimard<br/>
352 pages
Photo courtoisie
Les enfants sont rois
Delphine de Vigan
Éditions Gallimard
352 pages