/news/currentevents
Navigation

Un décès dans l'incendie d'un HLM pour personnes âgées à Montréal

Une femme de 80 ans a péri dans un HLM du Sud-Ouest de Montréal après un feu de cuisson

Coup d'oeil sur cet article

Une femme de 80 ans est malheureusement décédée dimanche dans un incendie, malgré les efforts des pompiers pour évacuer environ une centaine de personnes âgées coincées dans un HLM de Montréal.

« Je pensais que c’était encore une fausse alarme, mais quand j’ai ouvert la porte, la boucane m’a repoussé, je suis tombé à terre et j’ai fermé la porte avec mes pieds », a raconté Marcel Palanchuck, qui s’est alors dirigé avec ses chats sur le balcon, d’où il a pu être secouru par les pompiers une dizaine de minutes plus tard.  

Photo Agence QMI, THIERRY LAFORCE

Comme lui, plus d’une vingtaine de résidents de l’immeuble de la rue Galt, dans l’arrondissement du Sud-Ouest, ont été évacués grâce à une échelle. Les autres ont pu prendre les escaliers, pendant que les 150 sapeurs dépêchés sur place s’attelaient à éteindre le brasier. 

« J’ai vu la fumée noire, épaisse, rentrer rapidement. Même sur le balcon, on avait de la misère à respirer. Je crachais noir », s’est remémoré Pierrette Richard, 61 ans, en reprenant son souffle à l’extérieur, vêtue d’une simple robe de chambre.

Un décès et des sinistrés

En tout, une vingtaine de résidents ont été incommodés par la fumée, dont sept qui nécessitaient un transport à l’hôpital.

Photo Agence QMI, THIERRY LAFORCE

Une personne est décédée sur place. Selon toute vraisemblance, il s’agit de Noëlla Malboeuf, la résidente de l’appartement du sixième étage d’où le brasier a pris naissance, peu après 9 h.

Photo Agence QMI, THIERRY LAFORCE

« Elle était super fine », a commenté son voisin, Roger Robidoux, qui a aussi une pensée pour les locataires qui n’ont ni assurance ni famille chez qui rester en attendant de pouvoir regagner les lieux.

« Il y a bien des gens ici qui ont tout perdu », a-t-il ajouté, la gorge nouée.

Photo courtoisie

Les dégâts sont concentrés sur les étages supérieurs de cette habitation à loyer modique (HLM) à besoins particuliers, mais les pompiers ont confirmé sur l’heure du dîner qu’il était impensable que des personnes puissent regagner leur logement pour la soirée.

Photo Agence QMI, THIERRY LAFORCE

« En attendant, je vais voir si je peux aller chez ma fille, mais elle travaille comme tout le monde... » a confié Monique Lachapelle, visiblement désemparée, alors qu’elle était victime d’un incendie pour la deuxième fois de sa vie.

Capture d'écran TVA Nouvelles

Les pompiers ont indiqué que quelques locataires ont pu être relogés chez des proches, mais la plupart ont été pris en charge par la Croix-Rouge.

Feu de cuisson

Photo Agence QMI, THIERRY LAFORCE

Patrick Fournel, du Service de sécurité incendie de Montréal, a ajouté qu’un feu de cuisson pourrait être la cause de l’incendie.

« C’est la cause numéro un, surtout en temps de COVID, comme les gens sont plus à la maison. D’où l’importance de vérifier son équipement de cuisson », a-t-il imploré.

Par ailleurs, l’immeuble n’était équipé de gicleurs qu’au sous-sol, ont révélé les pompiers.