/sports/golf
Navigation

Tournoi des Maîtres: progrès majeur sur les verts pour Corey Conners

Le Canadien applique de nouvelles techniques depuis huit mois

Corey Conners
Photo AFP Corey Conners

Coup d'oeil sur cet article

AUGUSTA | Si l’on veut comprendre pourquoi Corey Conners accumule les bonnes pzerformances depuis l’automne dernier, ce n’est pas uniquement en raison de son excellent élan et de sa précision. C’est qu’il a travaillé d’arrache-pied sur son jeu court. Spécialement celui sur les verts avec son fer droit. 

• À lire aussi: Hideki Matsuyama remporte le 85e Tournoi des Maîtres et marque l’histoire du Japon

• À lire aussi: Trop peu trop tard pour Xander Schauffele

Le changement de cap est survenu après le Championnat de la PGA d’Amérique sur les allées du TPC Harding Park à San Francisco en août dernier. Il avait raté le couperet principalement en raison d’une très mauvaise performance sur les verts, remettant des cartes de 69 et 76 sur le parcours à normale 70. 

Avec son fer droit en main, il avait pris le 126e rang. 

« Corey flottait sur des séquences, auparavant. Soit il était excellent sur les verts, soit la chaîne débarquait complètement, a imagé le sympathique entraîneur de l’équipe masculine de Golf Canada, Derek Ingram, en entrevue avec Le Journal de Montréal au cours du week-end, à Augusta.

« Après ce tournoi, il fallait trouver une façon de limiter ses mauvaises journées sur les verts, améliorer ses journées ordinaires et conserver ses bonnes journées », a ajouté son instructeur.

Corey Conners
Photo AFP

Comment faire ? 

D’abord, Ingram et Conners ont convenu de changer vers une prise inversée, un projet sur lequel ils travaillaient depuis quelques semaines. Le golfeur droitier de 29 ans agripperait désormais son fer droit avec une prise de gaucher. 

Implication de tous

Puis, en impliquant le cadet Danny Sahl, le trio a entrepris un travail quotidien qui n’est toujours pas terminé. Conners a approfondi ses méthodes d’étude des verts, revu ses techniques, appris à contrôler ses vitesses et accéléré sa routine. Ainsi, la vitesse permet de sélectionner la meilleure ligne. Et en s’exécutant plus rapidement, aucun doute ne s’installe sur le choix du coup.

Il utilise, depuis, la technique AimPoint développée par le réputé entraîneur américain Mark Sweeney. Elle a fait ses preuves avec les plus grands golfeurs de la planète. 

Corey Conners
Photo AFP

Celle-ci s’applique en trois étapes : sentir la pente, sélectionner une cible et une ligne, exécuter le roulé avec la bonne vitesse en visant la cible choisie. La balle devrait tomber dans le trou... Facile ! Pas autant qu’on pourrait le croire.

Mais l’Ontarien a vite fait des progrès. Plutôt que de perdre des coups sur le plateau (strokes gain), il en a gagné au fil des mois. À la fin de la saison 2020, le Canadien figurait aussi au 175e rang du circuit de la PGA quant à sa moyenne de 1,8 roulé par vert. Il pointe maintenant au 39e échelon. 

En confiance à Augusta

Lors de l’édition automnale du Tournoi des Maîtres, son rendement sur les verts lui a permis de terminer au 10e rang et de décrocher aussitôt un billet pour l’édition 2021. 

Sur des surfaces tendres et réceptives, mais franchement compliquées à démystifier sur l’Augusta National, il avait pris le 38e rang avec sa moyenne de 30,25 roulés par ronde. 

Cette semaine, il a encore une fois excellé sur des surfaces fermes et rapides. En contrôle, il a gagné en confiance là où celle-ci peut être très fragile.

« Cet endroit peut te faire passer pour un débutant même si tu figures dans le top 50 mondial, a rappelé Ingram avec justesse. Il faut savoir juger les pentes et trouver la bonne vitesse. Par ici, un bon roulé peut facilement dépasser la coupe de 5 à 8 pieds, ce qui amène les joueurs sur les talons. Les lignes de roulé sont aussi très différentes qu’ailleurs sur le circuit. »

Sa rapide progression lui a permis de lutter au plus fort de la course à ce 85e Masters. «Je dois continuer à travailler et être constant. Je me sens bien quand j’ai mon fer droit dans les mains. Je suis aussi plus créatif», a conclu Conners.