/opinion/columnists
Navigation

Vous faites quoi?

bergevin

Coup d'oeil sur cet article

Et vous, vous feriez quoi ? Supposons que Marc Bergevin est parti à la cabane à sucre et que vous tombez dans sa chaise à quelques heures de la limite des échanges. Il vous reste 20 matchs à jouer avant les éliminatoires. 

Visiblement, vous commencerez les séries contre les Leafs de Toronto, que vous n’avez malheureusement vaincus qu’une fois sur quatre depuis le début de la petite saison. Dominique Duchame a dit : « Nous sommes proches d’eux. » Peut-être, mais pas en avant. Vous savez très bien que pour avancer dans les playoffs, il faudra battre ces Leafs quatre fois en deux semaines. Ouf !

Or, donc, il faut décider. Partisans, vos joueurs, votre organisation, les journalistes et les rivaux vous observent. Dans quelques heures, vous ne pourrez plus bouger avec cette équipe qui, en attaque, est à peu près au milieu du circuit. Même chose en défensive et à peu près au même niveau au chapitre de l’avantage numérique.  

Aussi, vous avez atteint et maintenu ce niveau avec un gars important qui n’est plus là. Brendan Gallagher ne reviendra pas avant la mi-mai.

Il faut décider aujourd’hui parce que les autres clubs du circuit grenouillent aussi.  

Vendeur ou acheteur ? Alors ? Vous bougez ou pas ? Vous fouillez dans votre banque de choix du ou des prochains repêchages ? Allez-vous laisser partir un ou des espoir(s) du Rocket à la recherche d’un gros nom pour ranimer ce club avec un coach « intérimaire » et, curieusement, un deuxième gardien de but qui a de meilleures statistiques que le premier ?

On y va ou on se calme le pompon ? Il me semble que plus on regarde passer ces données, plus le pompon se tranquillise tout seul.  

LES FORCES PANDÉMIQUES

Et il se produit un autre phénomène qui apparaîtra plus évident dans un peu plus d’un mois lorsque les clubs des autres divisions commenceront à se mélanger, à s’affronter. 

C’est moins frappant parce que les divisions sont nouvelles et qu’il y a des clubs qu’on ne voit plus. Suivez bien l’analyse des forces d’Yvon Pedneault.

Réalisez-vous la puissance des Hurricanes, qui devancent même Tampa Bay, et la résurrection des Panthers, qui déjouent tous les calculs ?

Colorado, Vegas, Minnesota et les Islanders sont devenus des puissances alors que Calgary et St. Louis piquent du nez.

Et où sont les Bruins ? Les Stars ? Les Flyers ?

Cette ligue a changé. Le Canadien n’affronte plus Boston. Les Penguins n’ont pas vu le Lighning depuis un bout. La Floride ne se mesure plus à Washington. Les repères ne sont plus les mêmes.

Le gardien Vasilevskiy de Tampa domine, mais, dans cette saison rock’ n’roll, il n’affronte jamais Matthews et Marner de Toronto, ni McDavid et Draisaitl d’Edmonton, ni MacKinnon et Rantanen du Colorado.

Ne trouvez-vous pas qu’il y a beaucoup d’inconnues dans le projet Bergevin ? Peut-être vaut-il mieux achever la saison en laissant mûrir les KK, Romanov, Suzuki, Drouin, Mete et autres tout en espérant que, l’automne prochain, surgissent des Caufield, Weal et Poehling.  

Par ailleurs, si vous êtes du clan des « on ne sait jamais », allez-y, mais, désolé, je ne gage pas sur vous. Bonne chance quand même ! 

De l’enclave

  • Mais quelle coïncidence ! Brendan Lemieux échangé des Rangers aux Kings à Los Angeles la semaine dernière. Juste un peu au nord du bureau de son agent (Newport Beach), un certain Claude Lemieux. Pépé, que l’on voit sur la photo à la gauche ,est natif de Mont-Laurier et a 31 clients dans la NHL. 
Claude Lemieux
Photo d'archives, AFP
Claude Lemieux
  • En 2022, les motoneiges Ski-Doo seront équipées d’un contrôle électronique et automatique de la suspension. Cinq capteurs calculeront 50 fois à la seconde les meilleurs ajustements en fonction de la vitesse, de l’angle et la position de la machine. Les prévisions de la météo tant qu’à y être !
  • Vêtu en coach et vu sur la glace de l’aréna de La Prairie, cette semaine, le nouveau retraité Olivier Latendresse (frère de Guillaume) qui, de retour d’Europe, a joint son alma mater, avec les instructeurs des Dynamiques du Collège Charles-Lemoyne. 
  • Pat Brisson est toujours le meneur chez les agents de joueurs de la NHL. Selon mes recherches, le petit gars de Valleyfield qui vendait de l’ail des bois quand il était jeune vient de dépasser le milliard en valeur de contrats avec ses 63 clients. On parle ici de 1 milliard 70 millions. Fin des années 80, c’est lui qui lavait le char de Bruce McNall.
  • Michael Frolik n’est pas en terre inconnue à Montréal ou à Laval. Le sympathique Tchèque a joué ses deux années junior majeur avec Rimouski. En 2008, son coach était Clément Jodoin.