/news/cannabis
Navigation

Une nouvelle production de cannabis à Trois-Rivières

Coup d'oeil sur cet article

Une nouvelle usine de cannabis thérapeutique et récréatif, Sumo Cannabis, entrera en production cet été à Trois-Rivières, en Mauricie.

• À lire aussi: Marijuana: la Virginie légalise la possession simple

• À lire aussi: L’État de New York adopte une loi légalisant l’usage récréatif de la marijuana

• À lire aussi: Transporter du cannabis sans le déclarer à la frontière pourrait coûter cher

La capacité de Sumo Cannabis sera toutefois inférieure à celle des concurrents immédiats de Louiseville et de Bécancour. Qu’à cela ne tienne, «dans les petits pots les meilleurs onguents», a fait valoir l’entreprise, qui aura recours à un procédé aéroponique où les plants ne seront pas cultivés en terre.

«L’aéroponie est une technique qui n’utilise pas de substrat. On n’a pas de terre. On n’a rien. Ainsi on arrose la racine. Ça existe depuis longtemps, mais dans le cannabis, ça n’est pas utilisé énormément», a ainsi expliqué Éric Morel, président de Sumo Cannabis.

Près de 15 M$ ont été investis dans ce projet. Sumo a cependant déploré que les institutions prêteuses restent à distance des projets de cannabis en démarrage parce que Santé Canada n’émet les permis de culture et de vente qu’une fois toutes les installations en place. Le promoteur a ainsi dû trouver d’autres sources de financement pour être en mesure d’aller de l’avant.

Écoutez Le bon plant une série balado sur le cannabis qui sort des sentiers battus, au-delà des idées préconçues.

Sumo espère approvisionner la Société québécoise du cannabis, qui ne compte actuellement que six fournisseurs qui ont leur siège social au Québec sur les 24 détaillants de la société d’État.

«Ils ont une ouverture à avoir le produit local, de stimuler les producteurs locaux. Par contre, le Québec est en retard d’à peu près cinq ans dans les demandes de permis. Ça s’est plutôt passé à Toronto depuis la légalisation», a observé Daniel Blackburn, consultant en cannabis médical et chef du parti politique Bloc pot.

Le cannabis va d’ailleurs déloger le papier dans la ville, alors que la production logera dans l’ancien Centre international de couchage, un laboratoire d’expérimentation d’enduits pour papier spécialisé de plus haute qualité. La machine à papier de construction récente qui s’y trouve a été vendue et sera démontée.

Quatre anciens employés du centre ont par ailleurs décidé de rester en se recyclant dans le cannabis.