/sports/hockey/canadien
Navigation

«J’aurai plus de liberté» - Victor Mete

Victor Mete
Photo Martin Chevalier Victor Mete

Coup d'oeil sur cet article

Dimanche matin, Marc Bergevin est descendu au niveau de la glace, à Brossard, pour prévenir Victor Mete que son nom figurerait au ballottage à midi. Le lendemain, le directeur général du Canadien de Montréal a annoncé au défenseur de 22 ans qu’il faisait désormais partie des Sénateurs d’Ottawa.

• À lire aussi: Le défenseur Erik Gustafsson s'amène à Montréal

• À lire aussi: Anthony Mantha passe aux «Caps»

• À lire aussi: Toutes les transactions dans la Ligue nationale de hockey

Joint par TVA Sports deux heures plus tard, le désormais ancien joueur du Tricolore entend s’épanouir dans la capitale fédérale, où la pression sera moins élevée en vue des éliminatoires.

«Ils ne sont pas dans le portrait des séries, donc je pense que j’aurai plus de liberté pour exercer mon style et m’imposer (dans la brigade défensive), a-t-il laissé entendre pendant l’émission spéciale sur la date limite des transactions.

«Je ne sais pas trop à quoi m’attendre, mais j’entends saisir l’occasion qui s’offre à moi.»

Laissé de côté plus souvent qu’à son tour, cette saison, après avoir évolué au sein du top 4 l’an dernier, Mete croit qu’il a le profil idéal pour les Sénateurs, qui ont envoyé Mike Reilly aux Bruins de Boston, dimanche soir.

  • À VOIR AUSSI :

«C’est une jeune équipe et je crois je que cadre bien dans leur formation, dit-il. J’ai parlé à Pierre (Dorion, le DG) et DJ (Smith, l’entraîneur-chef). Ils m’ont dit de m’amener et j’espère jouer dès ce soir, dépendamment de l’heure à laquelle j’arriverai. Ça ne devrait pas être un problème.»

C’est donc un nouveau départ pour Mete, après 185 matchs disputés sur quatre ans depuis que le CH en a fait le 100e choix au total en 2016. Il avoue ne pas quitter la métropole québécoise sans éprouver un certain chagrin.

«Je suis certainement triste de quitter Montréal. Je me suis fait plusieurs amis et ce fut une grande partie de ma vie, admet-il. Les partisans étaient incroyables à tous nos matchs au Centre Bell. La ville en soi est extraordinaire et de jouer pour une équipe avec autant d’histoire, parmi les six originales, c’est un honneur spécial.»

«Ça me servira pour le reste de ma carrière.»

Des mentors

Mete n’a pas tari d’éloges à l’endroit de deux de ses mentors à Montréal.

«En arrivant à Montréal à 18 ans, j’ai appris beaucoup de Shea Weber, qui m’a pris sous son aile à ma première année. Le type de personne qu’il est en dit beaucoup. Jeff Petry aussi. Ces deux vétérans sont des modèles pour tous ceux qui jouent avec eux.»

«Tu peux apprendre beaucoup de ces gars. J’ai beaucoup appris d’eux tant sur la glace qu’à l’extérieur.»

Enfin, si certains croient que le CH en arrache en vue des séries, à la suite de trois défaites d’affilée, Mete croit que cela n’est aucunement représentatif des dommages que son ancienne organisation pourrait faire en séries.

«Ils ont sans doute ce qu’il faut pour dominer en séries. Ils sont forts à l’attaque et en défense. Il faut garder ça simple et rester à la base. Ils seront difficiles à affronter en éliminatoires et je ne pense pas que les équipes voudront jouer contre eux!»

Depuis son arrivée dans la Ligue nationale, Mete a accumulé 34 points en 185 duels. Au terme de la présente campagne, il sera admissible au statut de joueur autonome avec compensation.

« Plusieurs équipes voulaient réclamer » Victor Mete, selon son agent 

Le défenseur Victor Mete ne fait plus partie de l'organisation des Canadiens de Montréal alors que les Sénateurs d'Ottawa l'ont réclamé au ballottage, lundi.

Et si l'on fie aux propos de son agent, Darren Ferris, la formation de la capitale canadienne n'était pas la seule équipe à vouloir obtenir les services du mobile défenseur.

«Il y avait plusieurs équipes, avec qui j'ai eu des discussions, qui voulaient le réclamer, a souligné Ferris lors de l'émission spéciale sur la date limite des transactions sur les ondes de TVA Sports. [...] C'est une bonne opportunité pour Victor. Il aime Montréal, je le sais. Malheureusement, il n'y avait pas de place pour lui. C'est la meilleure alternative. Je pense qu'il va bien faire à Ottawa.»  

  • Écoutez la chronique de Jean-Charles Lajoie avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Selon Ferris, Mete devrait d'ailleurs pouvoir enfiler son nouvel uniforme dès lundi soir, alors que les Sénateurs affronteront les Jets de Winnipeg.

Mete avait demandé un peu plus tôt cette saison d'être échangé, événement qui n'est jamais survenu.

«Je crois que c'était une bataille pour obtenir du temps de jeu, a continué Ferris. Statistiquement, si l'on regarde ça d'une manière analytique, il faisait très bien. Il sort la rondelle de son territoire et se trouve au bon endroit. [...] Le style de Victor est son habileté à bouger la rondelle. Et il le fait très bien. Les autres équipes ont reconnu ça. Elles ont fait leurs devoirs.»

Ferris, qui est également l'agent de Taylor Hall, est également revenu brièvement sur l'échange qui a fait de l'ex-récipiendaire du trophée Hart en 2017-2018 un membre des Bruins de Boston.

«Il est très excité, a confié Ferris. C'est malheureux que ce qui s'est passé à Buffalo n'ait pas fonctionné. Je pense qu'ils allaient bien jusqu'à ce que la COVID frappe l'équipe. [...] J'ai l'impression que tout a changé en raison de ça.»