/world/usa
Navigation

Afghanistan: «L'heure est venue de mettre fin à la plus longue guerre de l'Amérique», dit Biden

Afghanistan: «L'heure est venue de mettre fin à la plus longue guerre de l'Amérique», dit Biden
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le président des États-Unis Joe Biden va marteler mercredi, dans son discours très attendu sur l’Afghanistan, que « l’heure est venue de mettre fin à la plus longue guerre de l’Amérique » et de « ramener les troupes américaines à la maison ».

• À lire aussi: Le Royaume-Uni va également retirer ses troupes d'Afghanistan

• À lire aussi: Odeurs de guerre avec la Russie

« Nous continuerons à soutenir le gouvernement afghan », mais « nous n’allons pas rester engagés militairement en Afghanistan », doit-il déclarer, selon des extraits de son discours distribués à la presse.

Toutefois, « notre travail diplomatique et humanitaire va continuer » dans le pays, doit-il souligner.

Joe Biden doit annoncer le départ de tous les soldats américains d’Afghanistan d’ici le 11 septembre, date du 20e anniversaire des attentats de 2001 aux États-Unis, qui avaient provoqué l’intervention militaire américaine.

  • Écoutez le chroniqueur de politique internationale Loïc Tassé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

« Je suis le quatrième président américain à gérer la présence militaire américaine en Afghanistan (...), je ne transmettrai pas cette responsabilité à un cinquième », doit-il prévenir. « Nous ne pouvons pas continuer le cycle de prolonger ou renforcer notre présence militaire en Afghanistan dans l’espoir de créer les conditions idéales pour un retrait. »

« L’heure est venue de mettre fin à la plus longue guerre de l’Amérique. L’heure est venue de ramener les troupes américaines à la maison », doit-il encore dire.

  • Écoutez la chronique de Guillaume Lavoie, membre associé à la Chaire Raoul-Dandurand   

Les États-Unis sont intervenus en Afghanistan il y a près de 20 ans, dans la foulée des attentats contre les tours jumelles de New York et le Pentagone. Ils ont chassé du pouvoir à Kaboul les talibans, accusés d’avoir accueilli Oussama ben Laden et sa nébuleuse jihadiste Al-Qaïda responsable des attentats, mais se sont ensuite enlisés.