/finance/opinion/columnists
Navigation

Plus d’un million de salariés de l’État en sol québécois

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois de l’histoire, le nombre de personnes salariées du secteur public a dépassé le cap du million au Québec. Cela comprend les employés de la fonction publique et parapublique québécoise, les employés fédéraux travaillant au Québec, les employés municipaux et ceux des sociétés d’État et des universités.

Selon les dernières données de l’emploi compilées par Statistique Canada, il y avait en mars au Québec 1 001 900 employés qui étaient sur le « payroll » de l’État. Ils représentent 24,1 % de l’ensemble des travailleurs québécois.

Le poids du secteur public au Québec dépasse de trois points de pourcentage le poids que le secteur public occupe dans les trois autres grandes provinces canadiennes, soit 20,1 % en Ontario, Colombie-Britannique et Alberta. 

Par rapport à février 2020, où le marché du travail atteignait son sommet d’avant la pandémie de COVID-19, le Québec accuse encore une perte de 123 500 emplois.

Mais le secteur public québécois, lui, fait bande à part alors qu’il a réussi au cours de la virulente pandémie de COVID-19 à « créer » quelque 30 800 emplois de plus.

  • Écoutez la chronique économique de Michel Girard sur QUB radio:

Le gros de cette création d’emplois est attribuable au gouvernement Legault alors que les effectifs (en termes d’équivalent à temps complet) ont augmenté de 26 734 entre mars 2020 et mars 2021, selon le dernier Budget de dépenses du gouvernement du Québec.

Pendant ce temps, le secteur privé affiche encore des pertes de 89 300 emplois par rapport à février 2020. Et du côté des travailleurs autonomes, le nombre des emplois non encore récupérés est légèrement inférieur à 65 000 (64 900).

L’EMPLOI SOUS LEGAULT

Depuis les élections qui ont porté au pouvoir la Coalition avenir Québec et son chef François Legault, en octobre 2018, le nombre d’employés du secteur public en sol québécois a augmenté de 83 300, passant de 918 600 à un peu plus d’un million en mars dernier.

Cette augmentation du nombre de « fonctionnaires » est d’autant significative que durant cette même période de deux années et cinq mois, il s’est perdu 99 100 emplois dans le secteur privé et 72 800 parmi les travailleurs autonomes.

Bilan de l’emploi sous le gouvernement Legault depuis son accession au pouvoir : une perte de 88 600 emplois par rapport au nombre d’emplois qu’affichait en octobre 2018 l’ancien gouvernement libéral de Philippe Couillard.

Bien entendu, ce piètre bilan de l’emploi sous Legault dans le secteur privé et chez les travailleurs autonomes est attribuable à la crise sanitaire et à la crise économique enclenchées à la suite de la pandémie de COVID-19 qui fait rage depuis mars 2020. 

Par contre, force est de constater que le secteur public, lui, enregistre une « solide » performance depuis l’arrivée au pouvoir de la CAQ et de François Legault.

Étonnamment, c’est lors de la prospère période d’octobre 2018 à février 2020 que le nombre d’employés dans le secteur public au Québec a fortement augmenté, soit de 51 800. Et le gouvernement Legault n’en serait responsable que pour 11 581.

C’est donc dire que les 40 000 autres étaient du ressort des municipalités, du gouvernement fédéral et des sociétés d’État.