/entertainment
Navigation

Portrait des arts de la scène prépandémie

Une étude aborde la fréquentation des salles en 2018

Guy Nantel / crédit Jean-Marie Chouinard
Photo Jean-Marie Chouinard Guy Nantel lors de la représentation de Nos droits et libertés le 23 mars 2021 à Sept-Îles / crédit Jean-Marie chouinard

Coup d'oeil sur cet article

Les résultats d’une nouvelle étude sur la fréquentation des spectacles – la plus importante recherche jamais produite sur le sujet au Québec – ont été dévoilés mardi. Réalisée juste avant la pandémie, pour la période de mars 2018 à février 2019, l’étude dresse le portrait des publics des arts de la scène au Québec et pourrait aider à la relance des salles dans les prochains mois.

• À lire aussi: Nos émissions télés sont bien reçues à l’international

• À lire aussi: Patrice Bélanger fasciné par l’univers d’«Épopée rock»

« C’est comme une grosse étude de marché, dit Solange Drouin, directrice générale de l’ADISQ. L’étude avait comme objectif de bien comprendre les gens qui allaient aux spectacles et ceux qui n’y allaient pas. Ça démontre où l’on en était avant la pandémie. »

Commandée par le Groupe de travail sur la fréquentation des arts de la scène (GTFAS), qui réunit 12 représentants de réseaux de diffusion, d’artistes et de producteurs, l’étude a été réalisée par la firme DAIGLE/SAIRE et compte près de 500 pages.

Elle couvre dix disciplines des arts de la scène : danse, musique classique, musique instrumentale, théâtre, chanson francophone, chanson anglophone humour, cirque, comédie musicale et variétés.

Dans le sondage national, mené auprès de 6254 répondants, on apprend notamment que 35 % des gens n’ont vu aucun spectacle durant un an, du printemps 2018 à l’hiver 2019. 

Pour Solange Drouin, il faut plutôt prendre ce résultat du côté positif. « Cela veut dire qu’il y a quand même 65 % des gens qui sont allés voir au moins un spectacle durant l’année. Il faut cibler nos actions sur ces personnes-là. »

Retour dans les salles

N’est-ce pas un peu étrange de dévoiler les résultats d’une telle étude alors que les spectacles sont très incertains actuellement avec la pandémie ? « Même si les gens ne peuvent plus aller aux spectacles, je pense que ça nous démontre qu’on peut les intéresser rapidement à retourner dans les salles », répond Mme Drouin.

« L’étude nous donne des outils pour mieux concentrer certaines campagnes, poursuit-elle. On voit que les gens qui vont voir telle discipline sont aussi intéressés par d’autres types de spectacles. »

Solange Drouin souhaite qu’une telle étude sur la fréquentation des spectacles revienne ponctuellement. « Je rêverais qu’il y ait une édition 2022, dit-elle. On pourrait alors voir où nous en sommes, et si la pandémie a fait très mal. »


Pour voir l’étude : ​tinyurl.com/r5jbky7s

À VOIR AUSSI | Le baromètre des plus grands chanteurs et chanteuses québécois