/world/pacificasia
Navigation

Un journal critique de Pékin prévient qu'il ne se laissera pas intimider par le saccage de ses locaux à Hong Kong

Un journal critique de Pékin prévient qu'il ne se laissera pas intimider par le saccage de ses locaux à Hong Kong
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Hong Kong | Le journal «Epoch Times», très critique de Pékin et lié au groupe religieux Falun Gong interdit en Chine continentale, a averti mardi qu'il ne se laisserait pas intimider par le saccage, dans la nuit, de son atelier d'impression à Hong Kong par des hommes armés de masses. 

Cette attaque, qui a été filmée par les caméras de vidéosurveillance, intervient dans un contexte de répression contre l'opposition dans l'ex-colonie britannique, qui avait été le théâtre en 2019 d'un vaste mouvement de contestation.

Des images diffusées par le journal ont montré quatre hommes portant des masques faisant irruption aux premières heures de la matinée de lundi dans cet atelier en en détruisant les équipements.

Ils ont aussi jeté des morceaux de béton sur les machines sous les yeux d'employés terrifiés.

L'«Epoch Times» a expliqué que ses machines avaient été détruites, tout en promettant de reprendre l'impression au plus vite.

«Cet incident avait pour but de réduire la liberté de parole à Hong Kong et de faire taire un média qui dit la vérité», a dénoncé dans un communiqué la porte-parole du journal Cheryl Ng. «Nous condamnons la violence et nous ne renoncerons pas.»

Interdit en Chine, le Falun Gong est autorisé dans la région semi-autonome, et l'«Epoch Times» y est disponible en kiosque.

Le journal est dans le monde entier imprimé dans huit langues et ses contenus -souvent farouchement hostiles au gouvernement chinois- disponibles dans 21 langues en ligne.

Il s'est attiré une réputation controversée en raison de son soutien à l'ex-président américain Donald Trump. Ses détracteurs l'accusent de méthodes agressives sur les réseaux sociaux et d'actes de désinformation. 

«L'attaque menée aujourd'hui contre l'atelier d'impression de "The Epoch Times" à Hong Kong vise à museler toute opposition», a dénoncé le représentant républicain américain Mike Waltz, un partisan de M. Trump.

«C'est une nouvelle preuve des attaques systématiques du #PCC (ndlr: Parti communiste chinois) contre les droits de l'Homme», a-t-il ajouté sur Twitter.

La police hongkongaise a confirmé qu'une enquête avait été ouverte, précisant qu'aucune arrestation n'avait été faite.

Dans la nuit, elle avait indiqué que les premières investigations allaient dans le sens d'une dispute pour de l'argent.

«La police a reçu une information selon laquelle les suspects affirmaient que des employés devaient de l'argent et ont utilisé des masses pour détruire les écrans de cinq ordinateurs et une imprimante», a indiqué la police.

Mme Ng, la porte-parole du journal, a dit ne jamais avoir entendu parler de cette querelle financière.

«À ce que je sais, il n'y a aucun problème de dettes», a-t-elle dit.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.