/news/currentevents
Navigation

Homme en crise à Longueuil: «On aurait pu tous y passer»

Coup d'oeil sur cet article

Les victimes de l’homme en crise à l’origine de l’imposante opération policière qui s’est déroulée dans le secteur LeMoyne à Longueuil, mardi, ont courageusement raconté en détail ce qui s’est passé, même si elles sont encore ébranlées et qu’elles craignent de le voir être libéré.

• À lire aussi - Homme en crise: comment la policière a-t-elle pu manquer sa cible?

• À lire aussi - La police ouvre le feu en direction d’un fou furieux armé de couteaux

L’altercation a commencé mardi midi alors que l’homme de 35 ans, intoxiqué par un cocktail de médicaments et d’alcool, se serait opposé à ce que sa fille se fasse garder par une autre personne de la famille.

«Lui, il n’était pas en état de s’en occuper à ce moment-là», a raconté mercredi sa conjointe, Sylvie Giroux, en précisant qu’elle devait quitter pour se rendre au travail.

  • Écoutez la chronique judiciaire de l’ex-juge Nicole Gibeault à QUB radio: 

«Il a disjoncté. Il a essayé de m’arracher le bébé des mains, donc ma cousine a voulu m’aider. Elle a réussi à prendre le bébé au vol pendant qu’il essayait de me l’arracher des mains. Après ça, il s’est mis à battre ma cousine», a raconté Mme Giroux, encore secouée par le drame qui s’est joué.

Après avoir poussé la cousine de sa conjointe au sol alors qu’elle avait l’enfant dans ses bras, l’homme en crise s’est mis à la battre violemment.

«Moi, j’ai essayé d’enlever le bébé des bras de ma cousine qui était par terre pendant que lui était par-dessus elle en train de la battre. J’ai réussi à enlever le bébé, mais il est devenu encore plus en colère», a détaillé Sylvie Giroux.

En plus de frapper la femme au sol, il l’a mordue profondément au visage. La fille de cette femme a tenté de la défendre, mais a été ciblée à son tour par l’individu en crise.

«Après ça, le conjoint de la jeune s’est mis en avant; lui aussi s’est fait battre dans le passage ici, et fait mordre au visage», a poursuivi Mme Giroux.

Le suspect est ensuite monté à l’étage pour y saisir deux couteaux dans le but de poignarder la cousine, croient les témoins.

«On était tous en état de choc, le père de Cassily [son autre fille] a été capable de maîtriser monsieur, de lui enlever les couteaux, mais quand on est tous sortis de l’appartement, il a ensuite repris deux couteaux.»

  •  Écoutez l'entrevue de Paul Laurier, ex-enquêteur de la SQ, avec Sophie Durocher sur QUB radio:  

Armé, il s’est dirigé vers l’homme qui avait réussi à le désarmer précédemment et vers une policière appelée à intervenir sur les lieux.

Pendant ce temps, Sylvie Giroux et les membres de la famille ont réussi à se cacher.

«Moi, j’ai réussi à me cacher dans une voiture, tout le monde a été capable de se cacher un peu, mais en gros, le mal était déjà fait. Nous, on est quand même chanceuses dans notre malchance parce qu’on n’a pas été blessées, mais ma cousine elle est défigurée à vie et le chum de sa fille aussi», a-t-elle déploré.

«Ils vont survivre, mais c’est quand même des séquelles graves. Il l’a frappée comme s’il frappait un autre homme, il n’est pas allé avec délicatesse. Elle a une commotion cérébrale, plus ses marques au visage. Ça aurait pu être un carnage, on aurait pu tous y passer», a-t-elle ajouté.

La famille craint que l'homme soit libéré et qu’il revienne au domicile «pour finir ce qu’il avait commencé».

Une policière appelée à intervenir a tenté de l’abattre quatre fois avec son arme de service, mais n’a pas réussi à l’atteindre. Le suspect a finalement été arrêté et demeure détenu depuis.

- D'après les informations de Yves Poirier