/news/currentevents
Navigation

Homme en crise: comment la policière a-t-elle pu manquer sa cible?

Coup d'oeil sur cet article

Un homme en crise a échappé aux balles d’une policière, mardi dans le secteur LeMoyne à Longueuil, même après avoir été visé à quatre reprises par la patrouilleuse. La scène particulière, filmée par un citoyen, montre à quel point il peut être difficile pour les forces de l’ordre d’intervenir dans ces situations critiques.

• À lire aussi: La police ouvre le feu en direction d’un fou furieux armé de couteaux

C’est l’avis d’André Gélinas, sergent-détective à la retraite du SPVM, qui a analysé l’intervention en entrevue au Québec Matin

«C’est une situation excessivement stressante pour le policier ou la policière qui intervient là-dedans. On préconise de frapper le centre masse, simplement pour créer une chute de pression sanguine importante ou créer une dysfonction biomécanique importante, ce qui fait que l’événement doit cesser immédiatement», explique l’ex-sergent-détective. 

Il considère qu’il est tout à fait compréhensible que la policière l’ait «manqué». 

«Même si on a une obligation de résultat dans une situation comme ça, le stress est tellement élevé que lorsque les battements cardiaques passent en haut de 170 battements par minute, il y a un chercheur américain qui a démontré que l’on tombe dans une zone d’hypervigilance. Les tâches le plus simples deviennent difficiles. Cette personne a peur pour sa vie et elle est consciente des conséquences possibles de son geste», détaille l’expert. 

André Gélinas rapporte que malgré tout les policiers de Longueuil ont une formation régulière où ils sont appelés à «tirer 300 balles par année». Pour le SPVM, les policiers ont droit à une seule pratique annuelle qui consiste en la qualification. 

«C’est nettement insuffisant. Dans un contexte où l’on parle de définancement de la police, c’est illusoire de penser que nos dirigeants policiers vont pouvoir continuer d’offrir une formation de qualité et un maintien de qualité des compétences des policiers qui sont appelés à poser un geste pour lequel on ne peut pas reculer», plaide-t-il.  

  • Écoutez l'entrevue de Paul Laurier, ex-enquêteur de la SQ, avec Sophie Durocher sur QUB Radio :

L’homme de 37 ans était armé de deux longs couteaux lorsque les policiers sont arrivés sur place. 

Il aurait au préalable blessé d’autres personnes, mardi après-midi, lors d’une dispute familiale qui a complètement dégénéré.

L’individu qui a échappé aux balles de la police a également été arrêté au terme des événements. Il pourrait faire face à plusieurs accusations criminelles dans un avenir rapproché.