/news/coronavirus
Navigation

Les pharmacies sont prêtes pour le blitz de vaccination

D’immenses espaces d’entreposage aménagés pour les doses

Coup d'oeil sur cet article

Les géants de la distribution de produits pharmaceutiques, comme Jean Coutu (Metro) et Familiprix, mettent la main à la pâte dans le blitz de vaccination contre la COVID-19. Plus de 325 000 doses ont jusqu’à présent été entreposées dans des centres de distribution à travers la province.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: Légère hausse des contacts sociaux dans les domiciles au mois de mars

Cette semaine, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a visité la nouvelle chaîne de distribution congelée mise en place au centre de distribution du Groupe Jean Coutu, à Varennes.

Cette installation, qui peut entreposer des centaines de milliers de doses des vaccins contre la COVID-19, sert à approvisionner les pharmacies affiliées au réseau Jean Coutu et les pharmacies affiliées au réseau Brunet.

Dans un récent message sur Twitter, M. Dubé a indiqué que plus d’un million de Québécois devraient être vaccinés en pharmacie. 

Ce qui signifie que plus de deux millions de doses devront être entreposées temporairement dans différents centres de distribution du Québec. 

L’Association québécoise des distributeurs en pharmacie (AQDP) affirme au Journal qu’en plus des enseignes Jean Coutu et Familiprix, les centres de distribution de McKesson, de Distribution Pharmaplus et de Pharmaprix (Toronto) hébergent également des vaccins dédiés aux pharmacies d’ici. 

« Ils sont déjà en opération [depuis la mi-mars] et ils distribuent les vaccins Moderna et AstraZeneca », indique le directeur général, Hugues Mousseau. « À terme, environ 1400 pharmacies devraient vacciner. La capacité de vaccination devrait être de plus de 100 000 doses par semaine », chiffre-t-il.

Défi d’approvisionnement

Ce dernier assure que les nouvelles installations réfrigérées et congelées de ces entreprises sont assez importantes en termes de superficie pour recevoir tous les vaccins. À l’heure actuelle, M. Mousseau estime que le défi se trouve surtout au niveau de l’approvisionnement.

« L’objectif pour nous est de les conserver le moins longtemps possible dans les congélateurs », souligne-t-il.

McKesson est entre autres responsable d’assurer la distribution pour les pharmacies de Walmart et Costco et les pharmacies Proxim et Uniprix.

Pas pour l’argent

Selon l’AQDP, pour chaque unité de vaccin, le distributeur recevra 6,5 % de la valeur du produit. 

M. Mousseau ajoute que plusieurs de ces compagnies ont dû adapter leurs installations, ce qui a nécessité des investissements.

« Ce n’est pas quelque chose que les grossistes font à profit. Des congélateurs, des glacières et des plaques eutectiques, ce ne sont pas des équipements qu’ils avaient. Pour chaque site de distribution, on parle de plusieurs centaines de milliers de dollars en investissement », affirme le directeur général.

En date d’hier, les pharmaciens pouvaient vacciner à Montréal, Laval, Montérégie, Laurentides et Lanaudière. Cette offre sera étendue à l’ensemble de la province au cours des prochains jours.

À VOIR AUSSI | Les jeunes enfants produisent plus d’anticorps face à la COVID-19 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres