/misc
Navigation

Lettre aux jeunes qui en ont marre

TOPSHOT-BRITAIN-HEALTH-VIRUS
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Je comprends le ras-le-bol de ceux qui dénoncent le couvre-feu à Montréal et au Québec.

Je déplore qu’il se traduise par de la violence, mais je le comprends. 

Avez-vous remarqué que ce sont pour l’essentiel des jeunes qui participent à ces manifestations ? 

Il y a bien sûr les casseurs professionnels et les exaltés de la liberté mal placée. Mais ce n’est pas d’eux que je souhaite parler aujourd’hui.

Sondages après sondages, on le remarque. Ce sont les plus jeunes qui ont le plus souffert de la pandémie. 

Leur travail s’est évaporé en même temps que leurs occasions de socialiser. 

Tant François Legault que Justin Trudeau ont dit partager leur exaspération, hier.

« On est tous fatigués de la COVID-19 », a laissé tomber M. Trudeau. 

François Legault s’est rappelé l’époque de ses 20 ans, quand « c’est le temps d’être avec ses chums ».

« Je ne veux pas faire la morale à personne, a dit le premier ministre. Au contraire, je suis très reconnaissant de ce que les jeunes ont fait depuis un an. Mais là, il faut comprendre, ça fait un an qu’on vous dit : soyez solidaires des plus vieux, mais là actuellement, c’est votre santé qui est en jeu ».

Le message s’adressait aux « jeunes adultes », mais pas à ceux qui ont fait du vandalisme. 

La précision était-elle vraiment nécessaire ?

Santé mentale

La santé mentale des plus jeunes a pris un dur coup durant la pandémie, plus que tout autre groupe d’âge. 

Certains les traiteront d’égoïstes. N’est-ce pas le propre de la jeunesse de tout centrer sur soi ? 

Que ceux qui ne sont pas passés par là leur jettent la première pierre. 

Ces jeunes sont surtout déconnectés de la réalité. 

L’an passé, il était impossible d’ignorer les images atroces des CHSLD, des aînés morts de soif dans leur lit souillé.

Un an plus tard, le mal est plus insidieux. Les variants touchent les plus jeunes, qui n’en meurent pas nécessairement. 

L’armée a quitté nos CHSLD, nos plus vieux sont en bonne partie vaccinés, les cas explosent, sans que les décès suivent la même trajectoire. 

La COVID-19 continue d’engorger nos hôpitaux, mais ses effets sont moins spectaculaires qu’en décembre, lorsque le gouvernement Legault a choisi d’instaurer un couvre-feu. 

Déconnectés

Un couvre-feu qui est toujours en vigueur, à 20 h, à Montréal et Québec. 

La solidarité est un ingrédient essentiel afin de vaincre une pandémie. 

Pour se soucier de son voisin, il faut d’abord savoir ce qui se passe chez lui. 

Ces jeunes sont déconnectés des médias d’information, des conférences de presse du premier ministre, qui sont le ciment de notre solidarité. 

Combien d’entre eux ont regardé en direct les points de presse de leurs premiers ministres ? Combien d’entre eux liront ce papier ?

Ils sont aussi sans doute déconnectés de ce qui se passe en Ontario, où un nombre record d’adultes sont admis aux soins intensifs.

Mais à quoi bon les en accuser ? 

Ces jeunes ont surtout besoin d’espoir, comme nous tous d’ailleurs. 

J’ai une bonne nouvelle pour eux. 

Espoir

La vaccination semble fonctionner. Le Royaume-Uni a continué son déconfinement, lundi. À Londres, les salons de coiffure, les pubs, les restaurants et les commerces non essentiels ont ouvert pour une première fois depuis des mois.

La vie reprend tranquillement son cours pendant que l’épidémie recule. 

Là-bas, près de 50 % de la population a reçu une première dose, plus que tout autre pays comparable au nôtre. Nous en sommes ici à environ 20 %. 

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a réagi avec calme aux débordements du Vieux-Port de Montréal. Il a rappelé avec justesse qu’en démocratie, le droit de manifester est fondamental. 

Les manifestants nous rappellent que le Canada pourrait mieux faire concernant la vaccination, même si nous sommes sur la bonne voie. En France, en Espagne, en Allemagne et en Italie, environ 16 % des gens sont vaccinés.

La lutte à la pandémie est comme un long marathon. Tous les coureurs vous le diront : la course de longue distance se joue autant dans la tête que dans les jambes. 

La tête, pour plusieurs, ne suit plus. Et vous savez quoi ? C’est bien normal. 

Après l’effort, la récompense. 

Les policiers qui font face aux manifestants devraient s’armer d’images du Royaume-Uni déconfiné. 

Après un moment de jalousie, on peut espérer qu’ils concluront que notre tour s’en vient, plus tôt que tard. 

Allez, encore un petit effort.