/news/currentevents
Navigation

Un pionnier de la microbrasserie meurt tragiquement à sa première sortie de moto

Au moins cinq accidents graves sont survenus dans la dernière semaine

François Grisé
Photo courtoisie François Grisé, 49 ans, avec sa conjointe, Natasha Talbot, et son petit-fils Hector.

Coup d'oeil sur cet article

Une figure de proue de la microbrasserie au Québec a tragiquement perdu la vie vendredi dernier lors de sa première balade en moto de la saison.

• À lire aussi: Série noire sur les routes

François Grisé revenait de chez son frère où sa moto était entreposée pour l’hiver quand il a chuté dans une courbe du rang Bourgchemin Ouest à Saint-Hugues, en Montérégie, en plein après-midi, vendredi. 

L’accident est survenu sur le rang Bourgchemin Ouest, à Saint-Hugues.
Photo Agence QMI, Adam Bolestridge
L’accident est survenu sur le rang Bourgchemin Ouest, à Saint-Hugues.

Son décès a été constaté à l’hôpital. 

« Quand j’ai commencé à le fréquenter, il m’a dit que tous les jours, il me ferait rire. Je peux vous jurer qu’il m’a fait rire tous les jours », raconte avec émotion sa conjointe, Natasha Talbot, avec qui il a partagé les 20 dernières années. 

Très prudent sur la route, le passionné de moto et de plein air mordait dans la vie à pleines dents, lui pour qui un projet n’attendait pas l’autre. 

« Il avait commencé à suivre des cours de vol [d’avion] ultraléger. Il tripait là-dessus. Il voulait en acheter un, un jour », précise sa conjointe. 

Père « aimant » de trois garçons, il allait être bientôt grand-père pour la seconde fois. « Il faisait beaucoup de niaiseries avec son petit-fils. Il lui en aurait montré des belles, je suis sûre », souligne Mme Talbot, en riant. 

Un pionnier

Le Maskoutain de 49 ans était l’un des premiers brasseurs à s’installer en plein cœur de la ville de Saint-Hyacinthe, où il a dirigé la microbrasserie le Bilboquet pendant plus de 25 ans, et cofondé le restaurant L’Espiègle.  

« Quand il a ouvert, le centre-ville était mort, à plat. Pas de salle de spectacle, rien. Mais tout ce qu’il touchait se transformait en réussite », relate son frère, Benoît Grisé. 

L’« intègre gentleman » au grand cœur a aussi accompagné plusieurs entrepreneurs qui voulaient se lancer en affaires.

« Il était très généreux. Il m’a énormément aidée dans mon parcours. Il était tout le temps présent pour aider son prochain », confie sous le choc Lorena Meneses, pour qui François était beaucoup plus qu’un mentor. 

« Quand ça a commencé à fleurir, beaucoup de jeunes brasseurs venaient pour demander conseil, et il était toujours là pour les aider. Ce n’était pas une compétition. C’était vraiment une fraternité », poursuit le frère de M. Grisé. 

Il était, par ailleurs, très impliqué dans différents conseils d’administration au centre-ville de Saint-Hyacinthe et au niveau des microbrasseries.

 « Même si c’est quelqu’un qui avait beaucoup de succès, il avait compris que la valeur d’un homme provient de l’amour qu’on accorde aux autres », témoigne un de ses fils, Jonathan Pion. 

Prudence sur les routes

Inquiète du nombre d’accidents depuis le début de la saison, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) rappelle aux motocyclistes qu’il faut adapter sa conduite en fonction des conditions routières. 

« Au printemps, il faut réapprivoiser sa monture et prendre garde parce que le nettoyage des rues n’est pas encore nécessairement fait. Ça peut enlever de l’adhérence », indique Gino Desrosiers, relationniste pour la SAAQ. 

Il rappelle aux autres conducteurs de ne pas non plus négliger la présence de cyclistes et de motocyclistes sur les différentes routes. 

« Soyez prudents, et pas juste les motocyclistes, mais aussi ceux autour. Ça ne prend pas grand-chose et ça ne pardonne pas », conclut doucement la conjointe du défunt, Natasha Talbot.

Au moins cinq accidents graves impliquant des motocyclistes sont survenus au Québec dans la dernière semaine.