/entertainment/tv
Navigation

Jeux olympiques de Tokyo: Radio-Canada prépare un plan B

Radio-Canada a mis en place un important plan de contingence en cas d’annulation des Jeux olympiques de Tokyo.

Jeux olympiques de Tokyo: Radio-Canada prépare un plan B
Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Radio-Canada a mis en place un important plan de contingence en cas d’annulation des Jeux olympiques d’été de Tokyo.

• À lire aussi - ROCKIE AWARDS : des séries du Québec en nomination à Banff

Les rumeurs d’annulation circulent depuis plusieurs mois au Japon, et particulièrement depuis qu’on observe une recrudescence des cas de COVID-19 à Tokyo. 

Dans ces circonstances, la direction d’ICI Télé n’avait d’autre choix que d’élaborer une programmation alternative, d’autant plus qu’elle compte présenter 360 heures de sport durant cette quinzaine olympique, soit 22 heures 30 minutes par jour, du 23 juillet au 8 août.

Aux dires de François Messier, chef de mission olympique, CBC/Radio-Canada, la décision d’interdire aux spectateurs étrangers l’accès aux compétitions a beaucoup « calmé le jeu » à Tokyo.

Et concernant ce fameux plan B pour combler un potentiel trou béant de programmation pendant 16 jours, la première directrice sports et production olympique, Catherine Dupont, indique que Radio-Canada en prépare toujours un.

La seule différence, c’est que cette fois, le diffuseur pourrait s’en servir.

Équipe réduite

CBC/Radio-Canada a dévoilé son plan A de couverture des JO de Tokyo lors d’un point de presse virtuel jeudi.

À cause des restrictions COVID, le diffuseur enverra une équipe réduite. Au total, 135 personnes seront sur place, comparativement aux 250 habituelles. Ces dernières devront respecter certaines mesures, comme fournir un test de COVID-19 négatif pris au plus tard trois jours avant l’embarquement, passer un test en arrivant, éviter les transports en commun, etc.

Dans l’équipe de 67 commentateurs et analystes, seulement cinq feront le voyage. Quant aux quatre chefs d’antenne, Marie-Josée Turcotte, Guillaume Dumas, Martin Labrosse et Jacinthe Taillon, ils resteront tous à Montréal. 

Aucun dépassement de coûts

Le report des JO a coûté cher à Radio-Canada, mais au final, puisqu’une bonne partie des effectifs demeureront au pays, aucun dépassement de budget n’est prévu, assure François Messier.

Comme d’habitude, d’ex-olympiens ont été recrutés pour couvrir ces Jeux, dont Sylvie Fréchette (natation artistique) et Émilie Heymans (plongeon).

De leur côté, RDS, RDS2 et RDS Info présenteront 420 heures de compétition en direct.

À VOIR AUSSI | Sondage Léger: le palmarès des plus grands athlètes de l’histoire du Québec