/news/currentevents
Navigation

Rébellion dans la police ontarienne

Les policiers ne veulent pas passer pour les méchants en acceptant de contrôler aléatoirement les citoyens

Coup d'oeil sur cet article

Le cauchemar continue en Ontario avec la flambée de cas qui persiste et les policiers des plus grandes villes de la province qui s’opposent dorénavant aux nouveaux pouvoirs accordés par leur gouvernement.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: COVID-19: moins de cas en Ontario, stabilité au Québec

Tous les Canadiens ont les yeux rivés sur la vague hors de contrôle dans la province ontarienne ces jours-ci. Dès lundi, le Québec et l’Ontario fermeront leur frontière commune pour limiter la propagation de variants. Cette décision a été prise vendredi par les deux provinces. 

Le gouvernement de Doug Ford a aussi accordé des pouvoirs supplémentaires à ses policiers pour limiter les déplacements des citoyens et pour combattre la pandémie. Ils sont en vigueur depuis samedi matin en Ontario. 

En vertu de cette décision du gouvernement Ford, les policiers de l’Ontario ont désormais le droit de demander aux citoyens leur adresse et le motif pour lequel ils ne sont pas à leur domicile. 

Policiers mécontents

Les services de police de Sudbury, de Peterborough, de London et de Waterloo sont parmi ceux qui refusent de pratiquer des contrôles aléatoires. 

« Le Service de police d’Ottawa n’effectuera pas de contrôles aléatoires. Il adoptera une approche réfléchie et prudente, misant sur l’équité et la légalité », indique-t-on par communiqué. 

« La police de Toronto continuera à s’engager, à éduquer et à faire respecter la loi, mais nous ne procéderons pas à des contrôles aléatoires de personnes ou de voitures », insistent les autorités de la Ville Reine sur Twitter. 

Adrian Welley, président de l’Association de la police régionale de Peel, assure que ses membres s’opposent à leurs nouveaux pouvoirs. 

« Ne faites pas des policiers les méchants ici ! » lance-t-il sur les réseaux sociaux.  

Pour le maire de Brampton, Patrick Brown, cette décision constitue une « mauvaise utilisation des ressources policières ». 

« Franchement, c’est probablement anticonstitutionnel. Cela met la police dans une position où l’on s’attend à ce qu’elle enfreigne les droits garantis par la Charte, nous ne pouvons tout simplement pas faire des contrôles aléatoires », a-t-il affirmé en entrevue à CP24.

Ford change d’idée

Face à la polémique liée aux nouvelles restrictions sanitaires, le premier ministre Doug Ford a finalement reculé samedi sur la fermeture des parcs pour enfants.

« Nos règlements seront modifiés pour autoriser les aires de jeux, mais les rassemblements à l’extérieur seront toujours interdits. Jouez dehors en toute sécurité. Les parents doivent respecter la distanciation et porter un masque », écrit Doug Ford sur Twitter. 

Le premier ministre explique aussi que les nouvelles mesures sanitaires ont pour but d’empêcher les grands attroupements où la propagation de la COVID-19 peut se produire.

– Avec l’Agence QMI


BILAN ONTARIEN

  • 4362 nouveaux cas
  • 34 décès supplémentaires
  • 4e journée de suite avec plus de 4000 cas quotidiens 

► Toronto toujours le foyer de la pandémie