/misc
Navigation

La mairesse insulte la mémoire de Camille Laurin

GEN-RELANCE-CENTRE-VILLE
Photos d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Denise Bombardier dénonce avec vigueur l’humiliation que la Ville de Montréal inflige à la mémoire du père de la loi 101, le Dr Camille-Laurin en refusant de donner son nom à un simple passage piétonnier, comme le propose la Société d’Histoire d’Outremont.

Raison invoquée pour justifier l’insulte : C’EST UN HOMME BLANC. Le bureau de la mairesse Valérie Plante explique que la demande est refusée, parce qu’elle «ne permettait pas d’intégrer plus de femmes et plus de représentants de minorités culturelles et ethniques».

Camille Laurin a vécu à Outremont pendant plus de 20 ans. Il a été professeur agrégé et directeur du département de psychiatrie de l’Université de Montréal dont l’arrondissement abrite le nouveau campus où est située cette promenade piétonne.

Bon, il faut comprendre Valérie Plante. Les élections s’en viennent et elle compte sur les anglophones et sur les communautés culturelles pour assurer sa réélection. Il est révélateur qu’elle, comme son adversaire Denis Coderre, cible ce même électorat. C’est le seul qui compte dorénavant pour être élu maire de Montréal, jadis la deuxième ville francophone du monde. 

Ce n’est pas la première fois que la Ville de Montréal, dirigée par Plante et, avant elle Coderre, donne la priorité à son idéologie woke-féministe pour imposer des toponymes et des odonymes insignifiants ou carrément absurdes à Outremont. Avant d’aller plus loin, un aveu : je suis membre de la Société d’Histoire d’Outremont.

La ville de Montréal et sa complice l’UdeM ont accepté que l’axe central de son nouveau campus d’Outremont porte l’odonyme « Avenue Thérèse-Lavoie-Roux » plutôt que celui d’un de ses plus éminents professeurs, Pierre Dansereau qui a dirigé sa Faculté des Sciences. Grand scientifique et humaniste, il est considéré comme un des pères de l'écologie moderne. Pierre Dansereau est né et a vécu une grande partie de sa vie à Outremont. Mais malheureusement c’était un homme. Comme Camille-Laurin. Ultime concession, un espace vert dans le campus porte nom.

On a plutôt donné à l’avenue le nom de Thérèse Lavoie Roux, une honnête et sympathique personne à ne pas en douter. Mais la trace qu’elle laisse dans l’histoire est anecdotique : ministre libérale à Québec et sénatrice conservatrice à Ottawa. Mais c’était une femme. Rien d’autre n’explique ou ne justifie son choix, à ce que je sache. 

Et s’il fallait absolument donner le nom d’une femme à cette avenue, j’avais suggéré celui de Blanche van Ginkel, une grande architecte et urbaniste qui a enseigné à l’UdeM et première femme à siéger au conseil d'administration de l'Ordre des architectes du Québec.

Alors qu’elle travaillait avec Le Corbusier à Paris en 1948, elle a participé à la création de la célèbre Cité radieuse de Marseille, chef-d’œuvre du modernisme architectural. 

Toujours dans le même esprit, côté « minorités culturelles et ethniques » cette fois, on a imposé, sous Coderre avec l’assentiment de l’Université de Montréal le nom mohawk « Tiohtià :ke Ostirà’kehne » au parc du sommet Outremont. Les Mohawks ne sont pas des autochtones du Québec, mais de l’État de New York qui ont des prétentions territoriales sur l’île de Montréal soutenues par Plante et Coderre qui aiment répéter la fausseté que « Montréal est un territoire autochtone "non cédé" ». Les Mohawks jouissent de l’appui inconditionnel des Anglos-montréalais qui les ont soutenus dans la crise d’Oka.

L’idée d’attribuer un toponyme autochtone au sommet Outremont est excellente. Ce nom devrait toutefois se rapporter à l’histoire de Montréal. Soutenu par la SHO, je proposais «Tutonaguy». C’est le nom du village qui se trouvait sur l’île en 1540-1541, selon les relations de Cartier et de Roberval.

À l’époque stalinienne, on suivait des critères idéologiques aussi bornés et stupides qu’à Montréal maintenant pour attribuer des toponymes en Union soviétique. Nous en sommes rendus là. Et ça ne fait que commencer.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.