/sports/racing
Navigation

Mauvaise journée pour Raphaël Lessard

Les courses se suivent, mais ne se ressemblent pas pour le pilote québécois

Le pilote québécois Raphaël Lessard (24), brillant en début de course dans la série des Camionnettes NASCAR, a dû se contenter du 23e rang au circuit de Richmond, en Virginie.
Photo courtoisie, Écurie GMS Le pilote québécois Raphaël Lessard (24), brillant en début de course dans la série des Camionnettes NASCAR, a dû se contenter du 23e rang au circuit de Richmond, en Virginie.

Coup d'oeil sur cet article

Fort d’une brillante troisième place à sa dernière sortie, sur la terre battue de Bristol, le 29 mars, Raphaël Lessard n’a pas été en mesure d’inscrire un deuxième bon résultat consécutif au moment où son avenir dans la série des Camionnettes NASCAR est toujours compromis.

• À lire aussi: Une course... à la fois pour Raphaël Lessard

Le pilote de Saint-Joseph-de-Beauce a dû se contenter du 23e rang samedi sur le circuit ovale de Richmond, en Virginie, alors qu’il occupait la quatrième place au 170e des 250 tours de l’épreuve remportée par John Hunter Nemechek.

Des relances compliquées, un arrêt brouillon aux puits de ravitaillement lors du troisième segment et un bolide de plus en plus capricieux ont signifié sa perte.

Le patron s’est excusé

« On a beaucoup de travail à faire », a fait savoir le chef d’équipe de l’écurie GMS sur les ondes radio lorsque le drapeau à damier, signifiant le baisser de rideau, a été agité. 

C’est comme si Chad Walter tenait à s’excuser pour cette piètre performance dont son jeune protégé n’est nullement responsable.

« J’ai tout donné, a indiqué Lessard, en entrevue téléphonique au Journal. J’ai été combatif aux bons moments et j’ai contrôlé ce que je pouvais... contrôler. Je suis convaincu qu’un Top 5 était probable.

« Mais le troisième segment a été difficile, a-t-il renchéri. À chaque relance, on se faisait tasser sans retenue par des adversaires. Dans un cas particulier, s’est-il souvenu, on a perdu beaucoup de places.

« Chaque fois, je faisais mon possible pour ne pas perdre de places, mais la camionnette était de plus en plus difficile à piloter. »

Un mécano gaffe

La faute à un sous-virage [instabilité du train avant] que son équipe n’a jamais été en mesure de corriger, mais surtout à la gaffe d’un de ses mécanos, dans les puits avec 55 tours à faire, qui va le reléguer en queue de peloton.

« L’équipe a fait une erreur et j’ai perdu un temps précieux, a expliqué Lessard. Je suis ressorti à la 22e position. Je savais qu’il n’y avait plus d’espoir de rejoindre les meneurs. »

Mais il n’était pas au bout de ses peines. Avec moins de 55 tours à parcourir, le Canadien Stewart Friesen s’accroche avec Tanner Gray et ce dernier n’a d’autre choix que de se rabattre sur le Québécois.

«Il m’est rentré dedans, a relaté Lessard, et il a carrément détruit ma camionnette. Les dommages étaient importants du côté gauche à l’avant. »

Dès lors, Lessard, qui s’était élancé 5e sur la grille de départ, a été limité à un rôle de figuration. Il concédera finalement un tour au vainqueur.

« Après ce contact, je suis rentré au puits, mais il n’y avait plus rien à faire. Une pièce a sûrement cassé, probablement un composant de la suspension. » 

« C’est frustrant »

Les deux dernières semaines ont été éprouvantes pour Lessard après que Le Journal eut révélé que, faute d’argent, il risquait de perdre son volant en cours de saison.

« C’est au jour... le jour, a-t-il avoué. J’espère courir à la prochaine course au Kansas [le 1er mai], mais on ne peut le confirmer pour l’instant. Ça nous prend de nouveaux partenaires. Je me croise les doigts.

« Je ne me cache pas pour dire que c’est frustrant et que, ces temps-ci, je ne dors pas bien. Je suis dans l’attente actuellement. »

Or, selon les informations que nous avons obtenues, les nouvelles pour Lessard sont rassurantes pour la suite des choses. 

Non seulement pour sa participation à la prochaine étape du championnat au Kansas, mais aussi pour les autres courses inscrites au calendrier en 2021.