/world/europe
Navigation

À Berlin, l’usine Tesla boit la tasse sur la question environnementale

Coup d'oeil sur cet article

À quelques kilomètres de Berlin se joue une bataille aux airs de David contre Goliath: le chantier de la giga-usine du constructeur automobile Tesla se heurte au refus d’une partie de la population, inquiète pour ses ressources en eau.

«Quand j’ai entendu à la télévision que l’usine Tesla allait s’installer ici, je ne l’ai pas cru», se souvient Steffen Schorch, au volant de son automobile de marque allemande.

À 60 ans, cet habitant de la commune d’Erkner, à trois stations de train de la capitale, est l'un des visages de la lutte contre la première usine européenne de véhicules électriques de Tesla, laquelle doit ouvrir en juillet, dans la région du Brandebourg, près de Berlin.

«Tesla a besoin de beaucoup trop d’eau, et cette eau n’existe pas dans la région», s’indigne ce militant écologiste, responsable d’une association de quartier et référent de l’influente ONG allemande Nabu.

Annoncé en novembre 2019, le projet a été accueilli avec ferveur dans le pays, fier de l’honneur rendu à l’industrie Made in Germany.

Mais il a aussi suscité la défiance dans le voisinage direct de la future usine.

Manifestations, recours en justice, lettres ouvertes... Des habitants, soutenus par les ONG fédérales environnementales Nabu et Grüne Liga, ont tout fait pour retarder le projet.

L’an dernier, la justice a même contraint Tesla à suspendre son chantier, après une plainte en référé d’associations craignant la destruction d’habitats naturels d’espèces protégées de lézards et de serpents.

Rue Tesla

Désormais, c’est la consommation d’eau de la future usine qui est mise en cause.

Celle-ci pourrait atteindre, au gré d’agrandissements successifs, près de 3,6 millions de cubes chaque année, soit 30% du volume disponible de la région, selon une enquête de la chaîne de télévision ZDF.

Un poids supplémentaire dans des localités déjà en tension, touchées ces trois dernières années par des sécheresses estivales, estiment les associations.

«La situation de l’eau est mauvaise et va se détériorer», affirme à l’AFP Heiko Baschin, porte-parole de l’association locale IG Freienbrink.

Le risque d’assèchement des zones humides protégées, refuges de la biodiversité locale, inquiète également.

«Les capacités ne sont pas dépassées pour l’instant», a assuré en mars le ministre de l’Environnement du Brandebourg, Axel Vogel, à la télévision allemande.

Mais les autorités admettent «l’impact notable des sécheresses», et ont fondé un groupe de travail pour réfléchir à la question à long terme.

La Gigafactory s’étendra sur 300 hectares, pour une production de 500 000 véhicules électriques par an, et elle abritera «la plus grande fabrique de batteries au monde».

Le chantier a été réalisé au pas de charge, selon les souhaits d’Elon Musk, patron de l’entreprise californienne.

En un an et demi, les vastes forêts de conifères ont fait place à plusieurs fondations de béton sur un sol ocre, auxquelles les camions accèdent par la «Tesla Strasse» (rue Tesla).

Bureaucratie

Le constructeur américain bénéficie pour son chantier d’une procédure exceptionnelle d’autorisation, qui lui a permis de débuter les travaux avant même de recevoir un permis de construire.

L’agrément définitif est cependant toujours à l’étude, les autorités devant contrôler l’impact environnemental du projet: si le permis n’était pas accordé, Tesla devrait en théorie démonter à ses frais l’installation.

Mais «une pression s’exerce [sur les autorités de régulation]», affirme à l’AFP Michael Greschow, représentant de l’ONG Grüne Liga.

Fin mars, Tesla s’est dit «irrité» par la lenteur des procédures en Allemagne, appelant dans une lettre à une «réforme» favorisant les projets utiles pour l’environnement, ce qui, selon lui, est le cas de sa Gigafactory.

Le ministre de l’Économie Peter Altmaier a admis que son gouvernement «n’avait pas fait assez» pour réduire la lenteur bureaucratique dans le pays.

Malgré la réputation d’efficacité de l’Allemagne, les grands projets d’infrastructures y sont souvent ralentis par une bureaucratie jugée excessive par le monde économique.

Les exemples sont nombreux, comme le nouvel aéroport de Berlin, qui a ouvert en octobre dernier après huit ans de retard, et la gare de Stuttgart, dont le chantier, lancé en 2010, n’est toujours pas achevé.

Le ministre de l’Économie du Brandebourg, Jörg Steinbach, a d’ailleurs évoqué en février la possibilité que l’usine de Tesla ouvre en retard pour cette raison.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.