/sports/hockey/canadien
Navigation

Eric Staal: une saison médiocre qui se poursuit à Montréal

Eric Staal: une saison médiocre qui se poursuit à Montréal
CAPTURE D'ÉCRAN / TVA SPORTS / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les partisans du Canadien de Montréal croyant que le directeur général Marc Bergevin avait conclu une bonne affaire en obtenant Eric Staal des Sabres de Buffalo le 26 mars ravalent leurs paroles ces jours-ci.

Le patineur de 36 ans est clairement sur ses derniers milles, et la saison actuelle est pour le moins pénible, comme les observateurs l’ont souligné en voyant à l’œuvre le gagnant de la coupe Stanley 2006. Cette année, l’attaquant n’est que l’ombre de lui-même, et l’échange l’ayant envoyé dans la métropole québécoise ne semble avoir rien changé.

Auteur d’une fiche de trois buts et sept mentions d’aide en 32 parties avant de quitter les Sabres, Staal présentait un affreux différentiel de -20. À Montréal, plusieurs pensaient qu’il allait rebondir, d’autant plus qu’il a inscrit le but décisif à ses débuts dans l’uniforme bleu, blanc et rouge, le 5 avril, face aux Oilers d’Edmonton.

Or, depuis ce temps, c’est le néant. Staal a été incapable d’inscrire un seul point à ses sept rencontres suivantes; dans six d’entre elles, il a conclu la partie avec un différentiel négatif, et ce, même s’il évolue présentement sur un quatrième trio avec Corey Perry et Artturi Lehkonen.

L’affrontement du 8 avril face aux Jets de Winnipeg a été particulièrement mauvais pour Staal, qui a terminé à -3. Puis, samedi, contre les Sénateurs d’Ottawa, il a totalisé seulement 10 min 19 s, ce qui constitue son utilisation la plus faible depuis son arrivée chez le Canadien.

Peu rassurant

La suite du calendrier plutôt condensée n’annonce rien de bon pour celui qui revendique 1280 matchs de saison régulière en carrière. Les trois prochaines semaines comprendront chacune quatre duels en six jours, sans oublier les deux derniers de la campagne, prévus les 10 et 12 mai au Centre Bell face aux Oilers.

Ainsi, l’entraîneur-chef Dominique Ducharme aura à déterminer si Staal est en mesure de suivre le rythme en disputant toutes ces parties ou encore s’il est préférable de faire appel à Jake Evans, qui n’a pas joué depuis lundi. Également, il misera cette semaine sur deux nouveaux défenseurs, Erik Gustafsson et Jon Merrill. Pourra-t-il utiliser sept arrières et 11 joueurs d’avant à quelques occasions?

Enfin, il faut rappeler que le jeune Cole Caufield, promu à l’escouade de réserve, est dans les parages et n’attend qu’un signal pour effectuer ses débuts dans la Ligue nationale de hockey.