/news/coronavirus
Navigation

Québec songe à abaisser l’âge pour l’AstraZeneca

L’Ontario, le Manitoba et l’Alberta le permettent dès 40 ans

Coup d'oeil sur cet article

Québec étudie la possibilité de permettre aux gens de moins de 55 ans de recevoir le vaccin d’AstraZeneca, afin d’accélérer la campagne d’immunisation contre la COVID-19.

• À lire aussi: [EN IMAGES] Horacio Arruda reçoit sa première dose du vaccin

• À lire aussi: AstraZeneca aux plus de 55 ans: une deuxième province déroge à la règle

• À lire aussi: AstraZeneca offert aux plus de 40 ans en Ontario

« On attend un avis du CIQ [NDLR : Comité sur l’immunisation du Québec] qui devrait sortir dans le courant de la journée. Je ne peux pas vous dire à quel âge on va baisser, mais selon ce que j’en sais, on va effectivement pouvoir abaisser l’âge », a déclaré le directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, lundi matin.

Photo TVA Nouvelles

En fin de journée, la décision du CIQ était toujours attendue à Québec. 

Le gouvernement Legault emboîterait ainsi le pas à l’Ontario, au Manitoba et à l’Alberta, qui ont déjà annoncé que l’âge minimal passera à 40 ans dès aujourd’hui dans leurs provinces respectives. 

Mais Québec pourrait choisir un autre seuil minimal, plus élevé ou plus bas, a souligné le Dr Arruda, qui venait tout juste de recevoir sa première dose du vaccin contre la COVID-19.

Thromboses

Une fois la décision prise, l’ouverture à de nouveaux groupes d’âge pourrait se faire très rapidement.

« Ça pourrait être dès demain [aujourd’hui] ou mercredi, selon les éléments de logistique que ça prend pour être capable de le faire, parce qu’avant de faire quelque chose il faut être capable d’avoir des rendez-vous », a déclaré le Dr Arruda.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux avait suspendu, fin mars, l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca chez les plus jeunes, en raison de rares cas de thromboses, particulièrement chez les femmes de moins de 55 ans.

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB radio   

Toutefois, les autorités sanitaires font valoir que le risque est minime et le Dr Arruda assure qu’il s’agissait simplement d’une « mesure de prudence ».

« Il y a, bien entendu, des événements, mais ce n’est rien par rapport à la maladie, dit le Dr Arruda. Les trois vaccins sont bons. »

Risques limités

La semaine dernière, le Dr Mathieu Simon a mis ce risque en perspective : « Il y aurait un cas de thrombose par 100 000 à 250 000 doses de vaccin administrées. Une femme qui utilise un contraceptif oral a un risque sur 2500 de développer une thrombose, donc 100 fois plus de risques », a illustré le chef de l'unité des soins intensifs de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ). 

  • Écoutez l’entrevue de l’épidémiologiste Nima Machouf à QUB radio   

Variant brésilien

Par ailleurs, le gouvernement québécois s’inquiète de la propagation du variant brésilien depuis la Colombie-Britannique.

L’équipe du Dr Arruda étudie l’idée de limiter les entrées en provenance de la province de l’Ouest, à l’image de ce qui se fait à la frontière ontarienne depuis lundi. 

À VOIR AUSSI          

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres