/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Catherine Dorion: c’est la faute aux médias

Coup d'oeil sur cet article

Il me semblait aussi que ça faisait longtemps que la députée de QS Catherine Dorion ne s’en était pas prise aux vilains médias.

Elle a lancé la semaine dernière un collectif pour lutter contre l’intimidation médiatique et les médias toxiques. Rien que ça.

J’ai plusieurs questions pour la députée, qui bénéficie toujours d’une couverture médiatique extraordinaire mais qui se plaint tout le temps de la couverture médiatique...

Capture d'écran, Twitter

QUI FAIT QUOI ?

1) Est-ce que Catherine Dorion connaît la règle des 5W en journalisme : « Who, what, when, where, why (Qui a fait quoi, quand, où et pourquoi) » ? Pourquoi elle et sa bande ne nous disent-elles pas quel animateur ou chroniqueur a tenu quel propos haineux dans quel média à quelle date et dans quel contexte ?

2) Catherine Dorion et sa bande ne visent-elles que les médias qui osent les critiquer ? Ils ne voient jamais de propos dérangeants, d’amalgames douteux ni de désinformation quand cela émane du triumvirat Le Devoir/La Presse/Radio-Canada ?

3) Quelle est la définition que donnent Mme Dorion et ses acolytes d’un propos haineux ? La loi prévoit déjà que les propos diffamatoires et l’incitation à la haine sont passibles de poursuite.

4) Pourquoi Mme Dorion et ses cosignataires dénoncent le harcèlement et l’intimidation... mais invitent les gens mécontents à harceler et à intimider les annonceurs des médias ?

5) En mars 2019, dans une vidéo, Catherine Dorion et Safia Nolin s’en prenaient à Richard Martineau, à Denise Bombardier, à moi-même et à d’autres en disant ceci : « C’est l’occupation de l’espace médiatique par du monde méchant qui encourage la division, la haine et tout ça [...] Ça fait que, oui, ils vont radicaliser du monde. Comme du monde qui font des actes haineux et qui font des meurtres ».

Est-ce que le collectif de Mme Dorion va dénoncer cet amalgame absolument inacceptable de nous avoir associés à des meurtres ?

6) Dans cette vidéo, quand Safia Nolin dit « l’autre hostie de Bock-Côté », est-ce que ce sont des propos haineux ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

7) Martine Delvaux fait partie des signataires de la coalition. Quand cette prof et auteure déverse sa haine des hommes dans les médias, est-ce qu’on a le droit de la dénoncer ? Ou est-ce qu’il y a deux poids, deux mesures selon la coalition ?

8) Dans La Presse de samedi, le chroniqueur Mario Girard a pondu une chronique intitulée Médias toxiques dans laquelle il se prononçait sur le comité Liberté d’oppression.

Or, en 2016, Mario Girard lui-même s’en prenait à la chanteuse et comédienne Ima. D’ailleurs, dans le balado Devine qui vient souper, Ima a expliqué à quel point elle avait été blessée par cette chronique hargneuse. Mme Dorion et sa bande vont-elles dénoncer ce chroniqueur de La Presse pour ce texte injurieux ?

9) Dans les documents de la coalition, parmi les rares individus identifiés, on retrouve l’animateur André Arthur. Hum, savent-ils que ce monsieur n’est plus en ondes depuis janvier 2018 ? (J’avais d’ailleurs dénoncé haut et fort en ondes à BLVD, où j’étais sa collègue de travail, ses propos homophobes.)  

10) Si Mme Dorion croit si fort à la liberté d’expression des journalistes et des chroniqueurs, pourquoi m’a-t-elle bloquée sur Twitter ?