/news/coronavirus
Navigation

Comment déceler une thrombose post-vaccin?

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le gouvernement songe à ouvrir la vaccination aux moins de 55 ans, les inquiétudes de la population face au vaccin AstraZeneca demeurent, principalement en raison de possibles cas de thrombose post-vaccin.  

• À lire aussi: [EN DIRECT] Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: Campagne de vaccination: Québec pourrait abaisser l’âge pour l’AstraZeneca

• À lire aussi: Virus: Israël achète encore des millions de doses de vaccins Pfizer

Pourtant, selon les données actuelles, environ un cas de thrombose est rapporté pour chaque 100 000 à 250 000 doses administrées, un chiffre minime par rapport aux risques liés à la prise d’autres médicaments, ou face à la COVID-19. 

À titre d’exemple, le taux d’incidence de thromboembolie veineuse chez les femmes qui utilisent un contraceptif oral est 100 fois plus élevé. Une femme sur 2500 qui utilise ce médicament est à risque de thrombose.  

Le risque de faire des thromboses en contractant la COVID est encore plus élevé, particulièrement auprès des personnes gravement malades qui se retrouvent aux soins intensifs. 

Par ailleurs, les deux personnes qui ont subi une thrombose à la suite du vaccin d’AstraZeneca au pays se portent bien. Le suivi serré effectué auprès des personnes vaccinées permet de rester attentifs pour les traiter très rapidement. 

«On sait mieux la reconnaitre, on sait mieux la traiter, et on peut espérer qu’avec ça, le risque de mortalité va devenir beaucoup plus faible», croit le Dr Gaston De Serres de l’Institut National de santé publique du Québec en entrevue à 100% Nouvelles. 

Quels signes permettent de savoir que des caillots sanguins sont en train de se former à la suite du vaccin?

Selon le Dr Gaston De Serres, la thrombose liée au vaccin est différente de la forme classique de la maladie. 

«Les thromboses qui se sont produites avec le vaccin d’AstraZeneca sont des thromboses, des formations de caillots dans des veines qui ne sont généralement pas très touchées par ces phénomènes-là», explique le Dr De Serres. 

«Au niveau du cerveau, on a les sinus cérébraux, qui sont des endroits qui servent de veines, et au niveau de l’abdomen, la veine qui draine le foie, la veine porte , ou la veine qui va drainer l’intestin, qui peuvent présenter des thromboses.»

Le premier indicateur d’une thrombose est lié à la douleur. 

«Si c’est au niveau de l’abdomen, ça va donner des douleurs au niveau abdominal, si c’est au niveau du cerveau ça va donner des maux de tête, des problèmes éventuellement d’hémorragie. Ce sont des conséquences sérieuses si on ne s’en occupe pas», explique le médecin-conseil à l’INSPQ.  

Le scientifique demeure toutefois convaincu des bienfaits des vaccins, surtout en raison de la montée des variants, de la troisième vague, mais aussi parce que les autres vaccins se font attendre. 

«Le bénéfice de la vaccination, compte tenu de la fréquence et des complications de la COVID, font que malgré tout, on va tolérer cet effet-là parce que les bénéfices de la vaccination l’emportent largement sur le risque d’effets secondaires», conclut-il. 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres